Avertir le modérateur

vendredi, 30 octobre 2009

1 Tournée d'automne : revue des troupes chez les Bleus (les gros)

LE GROUPE des 30 annoncé pour la tournée d'automne

Avants (17) : Barcella (Biarritz), Domingo (Clermont), Marconnet (Stade français), Mas (Perpignan), Ducalcon (Castres), Servat (Toulouse), Szarzewski (Stade français), Chabal (Racing-Metro), Millo-Chlusky (Toulouse), Nallet (Racing-Metro), Papé (Stade français), Burban (Stade français), Dusautoir (cap, Toulouse), Harinordoquy (Biarritz), Ouedraogo (Montpellier), Lapandry (Clermont), Picamoles (Toulouse).

Arrières (13) : Dupuy (Stade français), Parra (Clermont), Michalak (Toulouse), Trinh-Duc (Montpellier), Jauzion (Toulouse), Marty (Perpignan), Mermoz (Perpignan), David (Toulouse), Clerc (Toulouse), Fall (Bayonne), Heymans (Toulouse), Médard (Toulouse), Traille (Biarritz).

4 nouveaux dans la liste (Burban, Ducalcon, Fall, Lapandry)

2 revenants (David et Marty).

Le reste du groupe disponible avait la tête en bas en juin dernier, pour savoir si elle reviendra bien calée sur les épaules, une revue des troupes s'impose.

La tournée chez ceux qui marchent la tête en bas a confirmé l'absence totale de fond de jeu chez le Lièvre et sa bande au bout de deux ans d'exercice. Comme il n'y pas de raison pour que ça change, les Bleus en gros pratiqueront souvent un jeu ennuyeux avec quelques éclats ici où là, le mieux encore est de faire le point sur l'état des troupes avant la tournée d'automne, car si collectivement le flou est collé au Bleus comme le sparadrap à Haddock, individuellement plusieurs joueurs ont su se mettre en valeur.

Devant :

*Des confirmations : Dusautoir, Szarzewski

*A confirmer : Millo, un peu rapidement annoncé comme un futur Pelous. D'abord des Pelous, il n'y a qu'un par siècle même si à la fin il prend un s, ensuite, la fainéantise et la facilité journalistique conduisent au rapprochement vu qu'il lui succède en club et chez les Bleus, enfin, Millo est loin du niveau de Pelous en attaque, il s'en approche en défense au près.

*Grosse perf : Barcella, mobile et solide en mêlée, agressif en défense, on a hâte de le voir confirmer ce niveau de jeu et d'engagement

*Un peu faible : Domingo, très mobile et joueur, mais un peu tendre en mêlée.

*D'éternelles incertitudes : Mas, espoir du poste depuis de longues années, le capitaine des champions manque quand même d'intensité en mêlée au plus haut niveau, même s'il est plus mobile qu'avant. Sa marge de progression est infime, pour le dire brutalement, il est au taquet. Picamoles a alterné le bon et moins bon, s'il ne progresse pas en rouge et noir, Harinordoquy va lui piquer la place et Chouly lui passer devant.

*Keskilfonla depuis tout ce temps ? : Chabal, Oueadrogo, le premier marche dans le pré autant qu'un gonze qui va à Compostelle, la coquille Saint Jacques lui va mieux que le Coq. C'est quand même difficile de justifier sa place chez les Bleus, pour deux jolies charges se concluant inévitablement par une phase de jeu stérile.

A l'inverse le second court partout, mais recule sur les impacts, fait des fautes au sol en pagaille, joueur complètement surestimé de l'ère Liévremont, qui nous fait une fixette psychologique du genre, c'est moi qui l'ai découvert, je le garde. Si c'est pour avoir un type qui se fait siffler, autant mettre Perez, lui au moins ne manque pas de puissance, et je ne parle même pas de Martin. Bref, il est de temps de lancer l'opération "Des bras pour Oueadrogo"

*Souhaitons lui une bonne retraite : Marconnet, cantonné au seul rôle de la mêlée, clairement à la ramasse dans les autres compartiments du jeu, son rappel par Le Lièvre d'un joueur emblématique de la période Laporte (sans lui on ne pourra pas gagner la coupe du monde, dixit le Tarnais révoqué) dit assez son embarras à composer une première ligne sans dacquois en carton pâte (Boyoud, Brugnault).

*Bon retour gagnant : Servat, la Bûche est pas loin de son meilleur niveau, même s'il a cette fâcheuse habitude  de se relever tôt sur les mêlées, la nifle à l'air comme un chien truffier. Mais sa complémentarité avec Szarzewski est féconde, mais l'un comme l'autre, même s'ils ont progressé sont de bons candidats au lancer de pizzas, c'est à se demander s'ils travaillent vraiment le lancer en club, quand on voit la régularité des british et irish dans ce secteur, on peut en douter. Dans une moindre mesure, Papé a aussi fait un bon retour, très présent dans les rucks et sur les points chauds, difficile quand même de l'imaginer titulaire l'attelage Nallet-Millo tient la corde.

*Le gonze qu'on sait pas d'où il sort ? Puricelli, pourquoi l'avoir sélectionné lui et pas un autre ? Troisième ligne léger et un peu brouillon, Le Lièvre a du se dire qu'il valait mieux rajouter du Bayonnais s'il voulait boire gratos des rosés limés pendant les Fêtes du Roi Léon (ah Léon, Léon, Léon, roi de Bayonne, roi de Bayonne, ak Léon, Léon, Léon, roi de Bayonne, roi des couillons...), je me tais je chante mal !

*Les espoirs : Guirado et Chouly, le premier, très tonique, infatiguable, doit aussi améliorer ses lancées, mais grosse marge de progression, le second, très adroit ballon en main, utile en touche.

*La cagade à la Laporte : expert dans le placement d'un joueur en équipe de France à un poste qu'il n'occupe pas en club, de Castaignède à Chabal, en passant par Traille, Le Lièvre marche dans les pas crottés du tarnais, et voilà que je te prends Martin, n'évoluant au plus haut niveau qu'en troisième latte, et encore quasi-exclusivement à l'aile pour le mettre en seconde pompe. On sait que le Lièvre ne met pas dans ses petits papiers le peroxydé, les chouchous du MHRC suffisent à son bonheur, mais comme en même temps il doit bien prendre en compte l'excellente saison qu'il a fait à l'Aviron, il le sélectionne pour pousser au cul des gros. Outre l'insignifiance du temps de jeu qui a été laissé à VSOP à un  poste inhabituel pour lui, il est clair qu'il été volontairement mis dans une situation ne lui permettant pas de redorer son blason. C'est dommage, car si VSOP presse un peu trop les couilles de ses adversaires, c'est un guerrier loin d'être maladroit en touche. A cette injustice s'en est greffée une autre, on reste dans l'agroalimentaire avec Jacquet, le jaunard, qui incarne l'avenir à ce poste tant par son habileté gestuelle, son volume de jeu, ses courses que par son intelligence de jeu  est resté à s'emmerder à l'ombre des volcans éteints.

Pour en finir avec les gros, que ce soit contre les Blacks ou les Wallabies, la mêlée française a été très souvent sanctionnée, l'effet Retiere ? De plus sur les renvois, beaucoup trop de fébrilité et de ballons cafouillés, cette phase de jeu est un peu laissée en jachère.

 

17:49 Publié dans Sport | Lien permanent | Commentaires (0)

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu