Avertir le modérateur

vendredi, 19 février 2010

Retour sur Invictus : horribilis

On se souvient de la polémique soulevée par le film de Clint Eastwood, Invictus, laquelle semblerait vaine, si l'objet cinématographique était de qualité. Or, après son visionnage entourait de solides gaillards, on n'est jamais trop prudent, le sentiment de s'être fait joliment arnaqué persiste.

Il ne s'agit d'un film ni sur l'apartheid, ni sur Mandela, et encore moins sur le rugby, mais un mélange des trois peu ragoûtant, si bien qu'on serait en peine de trouver le sujet principal du film, si ce n'est bien sûr, que la réconciliation d'un peuple déchiré appelle des concessions douloureuses de la part des anciens opprimés devenus politiquement majoritaires. Prendre plus de deux heures pour montrer cela est largement excessif, quand le scénario tient largement sur un sous-bock.

L'apartheid est à peine évoqué, quant à Mandela, il apparaît comme un gentil et bienveillant vieillard plus concerné par le parcours des Boks en Coupe du Monde que par le développement économique et social de son pays. Pitoyable, qu'impitoyable est loin.

Le rugby est caricaturé, dans la scène du vestiaire lorsque les joueurs jettent la bière, on peut en compter 3 portant le n°13, dont un avec un bandeau large comme le Golden Gate, taquinant les 2 mètres et 150 kg. Il dormait le script ?

Mais il y a plus grave, le casting est une catastrophe, les gros ont des oreilles de nouveaux-nés, c'est pourtant pas difficile de trouver quelques figurants ayant tâté de la gonfle pour un film tourné en Afrique du Sud.

Ils ont du prendre le conseiller technique de Gladiator ou de Jurassic Parc. Dans les mélées les bruitages ressemblent à un combat entre deux T-rex, chaque placage résonne comme le télescopage entre deux bahuts lancés en pleine vitesse, la demi-finale contre la France est tournée sous la douche, en finale, le coup d'envoi donné par Mehrtens fait 128 cm, la gonfle à ras du sol, rebondit et le jeu reprend derrière. Lamentable !

Les séances de motivation auraient pu donner lieu à des scènes de bravoure, c'est du pain bénit pour un réalisateur, un passage obligé, comme la scène de séduction ou du casino dans un James Bond. Là on a droit à que dalle, ou juste un : Allez les gars, on y va..., ce qui est sans doute pire.

Qu'Hollywood est loin de l'Aude où un consultant que qualité aurait pu coacher Dirty Harry : Sarda !

Matt Damon dans le rôle de Piennard est aussi expressif qu'un frigo dégivré, pourtant la dimension humaine du titre des Boks est fondamentale, son rôle de leader a du être déterminant, comme les liens forts unissant les joueurs, on ne voit rien de tout cela à l'écran. L'amitié, le respect, l'humilité, la vaillance, l'abnégation sont des vertus cardinales de ce sport, elles sont totalement absentes du film. Au lieu de cela on voit un Chester Williams présenté comme un bénet, et des joueurs clés comme Joubert ou Stransky totalement transparent, il n'y a guère que Kruger qui bénéficie d'un traitement avantageux.

Un titre mondial, c'est clairement une aventure humaine, elle est ici totalement occultée. Scandaleux !

Bien sûr dans la salle, il y a toujours un type un peu enveloppé, du genre à avoir joué devant, dont le panthéon cinématographique est composé des Gendarmes à Saint Trop'et de la Grande vadrouille, qui ne comprend toujours pas pourquoi De Funès n'a jamais eu d'Oscar, qui trouve le film chouette et émouvant. C'est oublier un peu vite que le film est quasiment dénué d'humour (hormis 1 ou 2 demi-scènes entre les gardes du corps), ce qui est quand même un comble pour un sport ne se prenant pas, et c'est tout à son honneur, au sérieux.

Le film est si mauvais qu'on en vient à se demander s'il a été vraiment réalisé par le grand Clint ? Les spécialistes du cinéma pourront répondre à la question, mais le rythme auquel il enchaîne les films à un âge honorable laisse planer un doute.

Un grand sujet, le rugby, de grands acteurs, un grand réalisateur, tout était réuni pour un grand film, au lieu de quoi on se retrouve avec une daube sur les bras. L'équipe du film aurait été bien inspirée de jeter un coup d'oeil sur le Rugby de clocher. Sans Mandela, Freeman, Damon et Eastwood, le Gers plus fort que Hollywood.

Au final, le propos du film est démenti par les faits, 15 ans après, le rugby reste un sport de blanc, la société est durablement divisée, c'est pas le Vieux qui dira le contraire.

La prochaine fois, j'irai voir Gainsbourre - vie érotique

Commentaires

Merci pour tes commentaires, et celui-la particulièrement.
J'étais déterminé à ne PAS voir ce film.
J'ai même tenu à aller voir Mr pierre berbizier et je lui ai dit de vive voix, qu'il n'était pas le seul à rejeter ce film.
J'aime bien Mr Eastwood, mais effectivement, ça pue l'hollywoodien.
Qq-part, maintenant je suis content que Chabal ait refusé de faire partie du casting.

Écrit par : Joe Mandoline | vendredi, 19 février 2010

Merci !!!!
Voilà ce que j'en ai écrit sur Facebook

Invictus : Au secours !
Clint Eastwood n'est pas un cinéaste américain qui aime s'adresser au public européen. Preuve en est son dernier film : Invictus.
Et comme tout bon américain, Eastwood ne connait rien au rugby. Certes, ce n'est pas une honte mais quand on veut réaliser un film sur la relation étroite qui existe entre l'arrivée au pouvoir de Mandela, la coupe du monde de rugby 95 et l'importance que les afrikaners accordent à leur équipe nationale, alors on est en droit de demander, de la part d'un grand cinéaste, un peu plus de travail de documentation et un peu moins de pathos…

Certes Eastwood nous a habitué depuis belle lurette aux bombes lacrymogènes (million dollar baby, L'échange, etc) mais avec Invictus il frise le ridicule.
Soit le vieux monsieur considère que son public américain est un public de demeurés, soit il est grand temps pour lui de prendre sa retraite et d'aller se taper l'intégrale de Derrick.

Comme si nous ne comprenions rien à l'apartheid, aux souffrances d'un peuple noir, au calvaire de Mandela pendant 27 ans et encore moins à la beauté du sport, Eastwood, à grands renforts de plans serrés et de musique larmoyante nous fait comprendre qu'ici on ne rigole pas et que nous sommes en train de vivre un grand moment d'histoire… L'histoire avec un H majuscule !
Et que je te montre le bras droit de Mandela la larme à l'oeil pendant l'hymne national, et que je te fais dès les premières minutes du film (avec un seul et même plan - attention il sait se servir d'une caméra) cette ridicule scène d'une route qui sépare les riches blancs jouant au rugby des pauvres noirs tapant dans le ballon de foot...

Oui dès les premières minutes on se dit : ah ça va être lourd, très lourd.

S'ensuit une succession de scènettes nous montrant Mandela comique, Mandela humaniste, Mandela lève tôt, Mandela prenant le thé, etc…

Eastwood survole son sujet mais avec la légèreté d'un Mammouth…

Reste le pire du film : le rugby !

Certes il n'a pas réalisé un film sur le plus beau sport du monde mais étant donné qu'il est quand même l'élément central de l'histoire, on était en droit d'attendre de belles images...

Et bien Clint Eastwood film le rugby encore plus mal que les réals de TF1 lors de la coupe du monde de rugby de 2008 ce qui n'est pas rien !

Apparemment le monsieur se cantonne à filmer les introductions en mêlées, les drops et les renvois (qui au passage ne dépassent pas deux mètres - même mon neveu qui a deux ans frappe le ballon plus loin). Tout ceci agrémenté d'un bruitage à mourir de rire… Ils ont du se marrer en post synchro !

Aucune émotion, aucune beauté du geste, aucune sueur, aucune élégance. Rien, du vide, du néant… Le summum étant atteint avec le Haka des All Blacks qui a fait rire toute la salle.

Sans déconner la vidéo du Haka des Lapins Crétins était mieux réussie… C'est dire...

Vous l'aurez donc compris, pour moi, Invictus est un film complètement raté.

Si l'on a envie d'en connaître un peu plus sur Mandela, autant mater Goodbye Bafana. Et si vous avez envie de découvrir le rugby, autant vous abonner à Canal et suivre les matchs, les vrais !

Écrit par : Sabine | dimanche, 21 février 2010

C'est une excellente idée. D'habitude je ne commente jamais les blogs, même si leur contenu est excellent, mais là le vôtre méritait vraiment mes éloges !

Écrit par : Detranspirant | dimanche, 04 avril 2010

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu