Avertir le modérateur

jeudi, 25 février 2010

Tournoi des VI Nations 2010 : Acte 3, Pays de Galles-France ou le retour du Grand Béziers ?

Lessivé par les critiques du début Tournoi, Saint Marc a vu son auréole briller d'un éclat nouveau après la victoire incontestable des Bleus face il est vrai à de biens pâles irlandais.

Cette belle victoire a réveillé le coeur de supporteurs endormis, mais elle masque l'essentiel, une fois encore lorsque le sage montre la lune, le fou ne voit que le doigt.

On se le met sans doute bien profond... dans l'oeil à trop vouloir glorifier le Lièvre et sa bande en général et Trinh Duc en particulier, et ce au moins pour trois raisons.

Un : la large victoire du XV de France ne doit pas faire oublier que pendant les vingt premières minutes ça a bien tangué et que le mal de mer aurait pu s'installer sans la sortie sur carton jaune - qu'on peut juger sévère - d'un irlandais. Forcément à 15 contre 14 après vingt minutes menées tambour battant ça aide. Ceux qui portent l'amour de la gonfle jusqu'à revoir le match s'apercevront bien vite que c'est à ce moment là que la partie bascule en faveur des Bleus.

Dos : croire qu'un nouveau petit génie se serait révélé à l'occasion de ce match alors qu'il a été de l'avis général constamment transparent en Bleu tient de la superstition plus que de la raison. Il n'y a guère que dans les BD de Marvel qu'un type ordinaire devient subitement un superhéros. Trinh Duc est au mieux un super tocard.Personne ne peut sans rire prendre le Talent d'or filé par les téléspectateurs pour autre chose qu'un attrape-cons. Pour preuve, lors de son soi-disant match le plus abouti en Bleu, Trinh Duc a monté une chandelle trop courte, l'autre trop longue et mange une occasion d'essai  (une fois de plus comme lors d'Ecosse-France) en se prenant pour un coffre à ballon au point de filer des complexes en la matière aux Marty de tous poils et autres Rougerie.

Tres : l'incompétence et l'inconstance du staff tricolore, toujours aussi criantes malgré les dévotions faites par les adorateurs de Saint Marc.

Incompétence d'abord dans la composition du groupe et de l'équipe. Titulariser Palisson à l'aile alors qu'il doit sa sélection à sa polyvalence est une erreur qui éclaire d'un jour bien cruel l'amateurisme du staff. Malzieu aurait du démarrer puisqu'il ne peut jouer qu'à l'aile. D'une part Malzieu était dans le groupe avant Palisson, donc naturellement destiné à débuter à l'aile, d'autre part, en cas de blessure Palisson pouvait le remplacer et surtout, ce qui est arrrivé contre l'Irlande, si l'autre ailier se blessait, Palisson pouvait passer à l'arrière et Poitrenaud à l'aile. Vous suivez ?

Au lieu de quoi Marty a remplacé Clerc avec le bonheur que l'on sait. A ceux qui pensent que le Lièvre ne peut pas penser à tout on répondra que c'est quand même un  peu le métier de sélectionneur que de penser à tout et surtout qu'il ne sert à rien de s'appuyer sur la polyvalence d'un joueur (Palisson) pour s'en priver en le plaçant devant un spécialiste du poste (Malzieu).

Insconstance dans le choix des hommes. Mais qu'a donc fait, ou pas fait, Picachu ? Grosse satisfaction du test contre les Boks, Picamoles est écarté alors qu'il a progressé en rejoignant le Stade comme le démontre en particulier les bons matchs qu'il a fait en H Cup. En gros, il n'a jamais été aussi bon alors qu'il n'a jamais été aussi loin des Bleus.

Dans ces conditions, le rappel de Lapandry est une illustration supplémentaire  du foutage de gueule érigé en système, d'autant plus que la puissance de Picachu va manquer. Avec Lapandry, le Lièvre prépare sans doute la Coupe du monde 2023, on est content pour les générations futures.

Sur le choix des hommes on passe par charité chrétienne sur le rocambolesque aller-retour de Fall, d'autant plus facilement que les choses s'arrangent par elles-mêmes en dépit de l'incompétence doublée d'inconstance du staff tricolore.

A la faveur des blessures - que tout le monde déplore bien sûr - l'équipe de France commence à ressembler à quelque chose ou en tout état de cause à celle appelée de nos voeux au début du Tournoi. La titularisation des trois jaunards Pierre, Bonnaire et Malzieu est une bonne nouvelle, comme l'est par définition l'absence d'Oueadrogo sur toute feuille de match, ainsi que l'entrée dans le groupe d'Andreu.

Enfin et surtout inconstance dans le système de jeu des Bleus. Chacun se souvient que le credo de Saint Marc et de ses deux adjoints béatifiés était (je résume) : on attaque de partout, on joue tous les ballons, les piliers c'est pas important, la preuve je mets des dacquois etc.

A peine deux ans et demi après ses belles déclarations on se retrouve avec une équipe qui bâtit ses victoires sur un Cinq majeur, passé maître dans l'art de concassé du Boks, du scottish, de l'irish et on l'espère d'autres celtes.

Les nostalgiques des années 70 sont contents, c'est le retour du Grand Béziers, forgeant son palmarés à la sueur d'un pack souverain régnant en suzerain.

Partis sur les bases mythiques d'un jeu à la Villepreux on se retrouve avec Raoul Barrière sur les bras. L'époque est au revival, il n'empêche que comme les Converse, ça sent l'arnaque. La bonne nouvelle c'est qu'avec un jeu façon ASB de la grande époque l'ouvreur ne sert pas à grand chose, Trinh Duc où Laharrague peuvent très bien faire l'affaire. La mauvaise nouvelle c'est que Parra posséde un éclat loin d'égaler celui répandu par Astre.

Ne nous y trompons pas, c'est bien à un pack de fer, l'un des sacro-saints fondamentaux du rugby, que le Lièvre doit sa passagère réussite. Le piquant dans l'histoire et qu'il a commencé par ignorer cette évidence à ses débuts (et s'en vanter) alors qu'elle fait aujourd'hui la force des Bleus en général et de 15 gonzes en short en particulier. Sans doute a t-il changé d'avis en lecteur avisé du blog. Après tout il n'y a que les imbéciles qui n'en changent pas, maxime préféré des girouettes (je ne plaisante qu'aux trois-quarts vu que dans une précédente note pour m'amuser, des fois ça se voit, je présentais l'Irlande comme l'Australie du Nord, en écho des propos du Lièvre sur les écossais, qu'il qualifiait d'All Blacks du Nord, et voilà pas qu'à la radio je l'entends parler "d'Australie du Nord" avant France-Irlande..., à ce niveau de cuistrerie il ne reste plus qu'à lever son chapeau et de se protéger du cagnard héraultais).

Les détracteurs, comme on dit chez Massey-Ferguson, trouveront décidément qu'on n'est jamais content. Que quand c'est faible devant ça râle et quand c'est fort devant ça râle aussi.

La joie inondera nos âmes flétries lorsque la Web Ellis sera bien au chaud rue de Liège (siège de la fédé). Quand l'actualité internationale laissera un peu de répit, ce point central sera abordé.

En attendant on attend et on compte les points en n'oubliant pas l'essentiel : JAMAIS SOUS SAINT MARC PLUS DE DEUX FOIS BLEUS VAINCRA.

Il ne s'agit pas d'un nouveau quatrain de Nostradamus, mais tout simplement de la constatation suivante : sous l'ère du Lièvre jamais les Bleus n'ont remporté plus de deux matchs à la suite.

Voilà une raison qu'elle bonne pour ne pas rater le match de vendredi soir, pour savoir enfin si la malédiction de Saint Marc sera levée et ouvrira la voie vers un putatif Grand Chlem ? Dans le cas contraire, le triomphe de l'analyse restera comme à son habitude modeste.

Quoi qu'il en soit les chanceux qui seront à Cardiff comme ceux qui seront à la maison pourront tous crier : Allez Béziers !

 

Le XV de départ: Poitrenaud (Stade Toulousain) - Malzieu (Clermont), Bastareaud (Stade Français), Jauzion (Stade Toulousain), Palisson (Brive) - (o) Trinh-Duc (Montpellier), Parra (Clermont) - Bonnaire (Clermont), Harinordoquy (Biarritz), Dusautoir (Stade Toulousain, cap.) - Pierre (Clermont), Nallet (Racing-Métro) - Mas (Perpignan), Servat (Stade Toulousain), Domingo (Clermont) !

Remplaçants : 16-Dimitri Szarzewski, 17-Jean-Baptiste Poux, 18-Sébastien Chabal, 19-Alexandre Lapandry, 20-Frédéric Michalak, 21-David Marty, 22-Marc Andreu.

 

Commentaires

On atteint des sommets, là. Ce n'est plus du tout de la mauvaise foi mais simplement un lynchage stupide et borné. Vous n'aimez pas Lièvremont et c'est parfaitement votre droit. Mais l'analyse subjective et malsaine que vous faites n'en est que moins crédible. On pourrait trouver une telle liste de défauts et de critiques à faire dans n'importe quel match de n'importe quelle équipe, aussi abouti soit-il.

Ce n'est pas crédible car rien de satisfaisant ne ressort de cette analyse. Alors que ne vous déplaise, les irlandais que vous estimiez fort avant le match ne sont pas devenus quelconques du jour au lendemain. Que si ils ont paru fébriles c'est parce que l'équipe de France les a acculés (TD n'a pas de pied paraît-il?) et a dressé un mur qu'ils n'ont franchi qu'une fois grâce à un éclair de D'arcy. On nous dit que le match aurait été différent si le rebond lui avait été favorable, et si le pilier n'avait pas pris un jaune... Et si?
Et si Clerc avait prolongé au pied avant de se saisir du ballon? Un essai pour la France, pas de blessure, pas d'erreur défensive et pas d'essai pour l'Irlande. Le carton jaune? Geste désespéré provoqué par la fulgurance non pas de Fulgence mais bien encore de Trinh Duc.
Et si Malzieu avait plongé au lieu de ramasser, cette fois-ci? Et si Flannery avait été expulsé comme il aurait dû l'être? Les irlandais auraient pris la piquette de leur vie. Et si, et si, et si... on connaît la suite.

Et si on jugeait l'équipe de France et son staff sur ce qu'ils font vraiment et qu' on arrêtait de la dénigrer systématiquement selon nos préférences personnelles? On sent d'ailleurs bien dans votre pamphlet la gêne qu'a provoqué cette brillante victoire : la répétition des pseudonymes qui sont attribués au staff qui a été (trop) encensé et les attaques sur son incompétence sont là pour renforcer une conviction qui a été mise à mal par ce résultat.
Je porte l'amour de la gonfle jusqu'à revoir le match et ce dont je me suis aperçu, c'est que la bonne entame des irlandais ne leur a jamais permis d'être dangereux, les français laissant passer l'orage, se montrant ultra-disciplinés durant tout le match contrairement à leurs adversaires, et, surtout ultra-efficaces (ce qui prouve une réelle évolution), marquant notamment grâce à des passes sautées et à une bonne gestion de Trinh Duc. Celui-ci ne mange d'ailleurs aucune occasion d'essai puisqu'il est entouré de quatre irlandais pendant toute sa percée. Je n'idôlatre pas du tout ce joueur, je fais juste un contre-poids.

Quant à la gestion de l'effectif de Lièvremont, il doit faire face à une cascade de blessés (13 en tout), et explique plutôt bien ses choix. Picamoles est médiocre en ce moment (comme pas mal d'autres toulousains) alors que Lapandry est un des meilleurs clermontois à chacune de ses sorties, Fall n'aurait jamais fait d'aller-retour s'il ne s'était pas blessé, Palisson était titulaire pour son jeu au pied, et Poitrenaud n'est pas plus ailier que Marty.

J'écris ce commentaire maintenant pour qu'il puisse être longuement critiqué si Trinh-duc, Parra -qui ne joue sûrement pas au même rugby que Astre- et les autres se prennent une rouste en terres galloises.

En espérant que les incompétents et les amateurs, qui ont battu les blacks, les boks et les trêfles en 7 mois auront cette fois vraiment franchi un cap psychologique et que super-tocard fera comprendre qu'à son poste en France, on a pas le même choix qu'au centre.

Bon match à tous.

Écrit par : Clément | jeudi, 25 février 2010

Je suis assez déçu par ce billet qui fait vraiment règlement de comptes...
C'est vrai que je ne suis pas toujours d'accord non plus avec la composition, mais c'est normal en France on est tous un peu sélectionneurs...
Ouedraogo et Marty ne sont pas mes joueurs préférés, Marty à l'aile ce n'était pas génial, je n'ai jamais trop apprécié le rendement de Ouedraogo.
Mais bon...
Vu les blessés, on ne pouvait pas trop faire une équipe différente pour ce soir, ce sont leurs choix et nous ne sommes pas sur les terrains tous les week-ends pour suivre les joueurs.
Quant au paragraphe sur l'Irlande, je le trouve vraiment exagéré. Alors oui le carton jaune y était, il était évident même, et Flannery aurait du avoir un joli rouge pour son geste envers Palisson. D'accord les irlandais ont poussé 20 minutes, mais en tous cas ils n'ont pas marqué. Après, c'est la pression qu'on leur a mise qui leur fait faire des erreurs et prendre notamment ce carton. Rien à dire sur ce match, ils étaient moins forts.
Oui on a un gros pack, mais le rugby commence devant, encore plus de nos jours, et cela n'empêche pas de finir le travail derrière! Est-ce que les 3/4 du grand Béziers avait autant de ballons que ceux de Lièvremont...??? je ne pense pas, mais j'étais un peu jeune à l'époque pour pouvoir le dire aujourd'hui... Avoir un gros pack n'empêche pas de pratiquer un rugby complet et ouvert.
Alors on perdra peut-être ce soir, mais j'espère qu'on aura un beau match, et allez les bleus!

Écrit par : lol87 | vendredi, 26 février 2010

Tout a fait d'accord avec les comm précédents. C'est quoi cet article !!!
Certes la france a souffert pendant 20 min mais faut voir comment ils ont défendu en attendant que l'orage passe. L'équipe dans son ensemble a fait un gros match et si les irlandais sont passés a coté c bien parce qu'on leur a mis de sacré batons dans les roues.
Faites votre travail plutot que d'écrire n'importe quoi dans le seul plaisir de s'opposer à je ne sais pas qui ou quoi !!

Écrit par : guillaume durieux | vendredi, 26 février 2010

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu