Avertir le modérateur

mercredi, 16 juin 2010

Boks-France : 42-17 what else ?

42-17 Pareil score à un nom : une branlée.

Si tout le monde s'accorde sur la chose, que faut-il en passer ?

Pas grand chose, ce qui est déjà pas si mal.

Pour commencer, il ne faut pas exagérer la défaite subie par 15 gonzes ayant presque tous atteints leurs objectifs en cette fin de saison qui n'en finit plus, qui champions d'Europe ou de France. Après cela se remotiver pour bouger de la viande bok quand la cuititude frappe, c'est comme envisager une conversation raisonnable avec un pilard, autrement dit mission impossible.

Que le Lièvre et son staff n'aient pas vu ou voulu voir cela est désolant.

Ce qui est plus inquiétant c'est une comparaison entre les deux test, celui de novembre et celui de juin. En novembre, il faut une équipe de France remontée comme un coucou helvétique, super agressive et au top de sa forme pour battre des Boks diminués par 7 petits points d'écart, inversement face à des tricolores délavés, les Boks leur passent sans véritablement forcer 40 points.

Pour poursuivre, la force des Bleus a résidé durant le tournoi 2010 dans sa mêlée en particulier et dans sa conquête en général. Cette équipe comme on sait hémiplégique devient quadriplégique (si si ça existe) dès lors qu'elle est battue sur ce secteur. En mêlée fermée, elle fit quasiment jeu égal, en revanche sur les phases de rucks et en touche, ce fut pire que tout, passons sur les rucks, la cuititude n'aide pas, mais les touches, ça se bosse un minimum, on se serait cru à la fête du lancer de Pizza organisée chaque été à Naples par Marco et Polo. Swarzeski, vaillant au demeurant a vu tout ses lancers contrés, y a un moment où la tête ça sert pas qu'à porter la perruque de Dalida.

Comme il fallait s'y attendre, la charnière gatée pourrie par les Gros lors du Tournoi a cru que ça durerait toute la vie, bref un raisonnement typique d'enfant gâté. Privée de cadeaux elle a montré son vrai visage : l'alliance stérile entre Plic et Ploc. Plic a quand même voulu la ramener, ce couillon voulant jouer vite une pénalité  à commis un bel en-avant. Voilà la seule action d'éclat d'un Parra trop vite encensé

Quant à Trinh Duc, lequel a visiblement enfumé le Lièvre et sa bande comme un saucisson de montagne au point de paraître comme un titulaire indiscutable, au risque de le répéter, c'est un gros nullard. Contre les Boks il a été ni plus ni moins transparent que d'habitude, ni plus ni moins bon que d'habitude, il a eu simplement moins de ballons que d'habitude. Il a quand même démontré sa grande science du jeu en gachant une énorme occasion d'essai sur une passe que même Steevie Wonder intercepte. Cependant, il semblerait que Trinh Duc ne soit plus dans ses petits papiers. "Adore ce que tu as brûlé, brûle ce que tu as adoré".

Orphelins de ces gros, l'équipe de France est apparue pour ce qu'elle est : une équipe moyenne de l'hémisphère nord. Après cela imaginer une victoire en 2011 chez les Blacks, revient à espèrer une retraite bien méritée à 59 ans et demi...

Chez les gazelles, l'addition est salée, le salanquais Marty, s'est cru à un tournoi de beach rugby à Canet, une passe pourrie : essai. Son compére de l'USAP, Mermoz, rêve qu'il fait un placage : essai. Pas sûr qu'on renvoie la paire de centre catalane en Bleu avant longtemps. A l'arrière Poitrenaud a cru qu'il avait Albi en face, et qu'il pouvait faire ses relances tout seul, tchic-tchac, ni vu ni connu, comment que je t'embrouille. A la rigueur ça peut passer contre des Irlandais bas de plafond, là clairement ça a fait pschiiiiiiittttt.

Pour finir, faut-il brûler ce Quinze ?

Fou est celui qui le pense,

Fou est celui qui le voyait sur le toit du monde pour avoir chlemé.

Une fois de plus le Grand Chlem 2010 doit être ramené à sa juste proportion, la France grâce au meilleur pack du Tournoi a battu des équipes européennes veillissantes, en reconstruction, hésitantes dans leur jeu ou traditionnellement faiblardes.

Bref les Bleus ont battu les équipes européennes de milieu tableau, qui comme la France ont mangé chaud dans le Sud (Blacks-Irlande 66-28, Wallabies-Beefs 27-17), mais elle est bien loin du haut du tableau (Black, Boks, Wallabies).

Faut dire que celui qui tient le pinceau, le Lièvre est loin d'être le mieux qualifié pour être élu artiste de l'année.

C'est quand même lui qui choisit les tubes et les couleurs depuis trois ans, s'il rend une toile de gribouille, c'est petit de s'en prendre au chevalet, à la toile ou au fabriquant de pinceau.

Sur ces considérations artistiques : Adiu !

 

 

19:07 Publié dans Sport | Lien permanent | Commentaires (2)

Commentaires

salut didou grande et bonne nouvelle tout un symbole dans ce pays de foot l'empire passé saint ETIENNE le rugby devient rois sont équipe monte en pro d 2 , apres le trouble de nos manchos bleue c est formcément un signe.

Le Rugby Populaire prendra t il une part de marcher importante au footeux ?

enfin notre rève....

pour l'équipe de France je reste sur mes position on peu devenir champion chez les black apres une préparation adaptée.On est passé à un poil de C.. en 2007 et on avai le niveau pour la gagner.

Para est un meneur et le plus doué des joueur de son age depuis des lustres
il nous ménéra au sacre...

Les beef on gagner hiers les walabies , les italiens face au boks ont pas ete minables.

notre continent fini simplement sont championat et nos joueurs sont usée.

ALLEZ LES BLEUE

KILLY

Écrit par : KILLY | dimanche, 20 juin 2010

A propos de Swarzeski : " y'a un moment où la tête ça sert pas qu'à porter la perruque de Dalida."
Bravo ! Très méchant, mais tellement drôle !

Écrit par : rap'pilou | jeudi, 24 juin 2010

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu