Avertir le modérateur

dimanche, 28 novembre 2010

Raclée d'automne : France 16 - Australie 59

On a toujours tort d'avoir raison trop tôt.

Ami, désormais lorsque dans la même phrase tu liras ou entendras, équipe de France et champion du monde de rugby, au mieux tu auras à faire à un farceur au pire à un escroc, voire aux deux.

Au moins, c'est clair après le 39-12 encaissé l'an dernier face aux Blacks, l'historique 59 à 16 de ce funeste 27 novembre a souligné l'écart existant entre les prétendants au trône ovale. Face à deux nations majeures du Sud, chaque fois l'équipe de France a paru si dépassée que ce n'est pas la peine d'y penser. Pour comprendre ce futur certain un long retour sur le passé va s'imposer.

Avant de le conduire quelques brèves considérations.

1. Le rugby commence devant, il y finit aussi

Le rugby commence devant.

Pour l'avoir oublié à leurs débuts, le Lièvre et son staff connurent deux années difficiles, mais incapables visiblement de poursuivre deux idées en même temps, désormais le rugby commence bien devant mais il s'arrête là et descend au 9. En gros il commence et finit devant.

Contre l'Australie, on a pu voir jusqu'à la caricature l'hémiplégie des Bleus de France, marquant leur seul essai du match sur mêlée...sans que la gonfle n'en sorte.

Le Lièvre et son staff font tout à l'envers, prônent un jeu débridé et en oublient les fondamentaux.

Ils reviennent aux fondamentaux et en oublient le jeu.

Après tout le monde pourra s'espanter devant notre superbesimulateur de mêlée ; il n'est que temps d'inventer la machine qui permette de marquer des essais qui ne soit pas à zéro passe, j'ai déjà un nom : simulateur de french flair !

2. Le jeu : évitement et french flair

Chabal à raison de dire que le French flair est dépassé, c'est un truc pour les touristes du rugby comme Montmartre, le béret et la baguette sous le bras, so typical certes, mais renvoyant à un passé mythifié.

Ce qui n'empêche pas les autres équipes d'avoir du flair et de sentir la rouquine à 100 lieues à la ronde.

Contre les Blacks, l'an passé à Marseille, plusieurs idées reçues avaient rejoint le néant dont la vacuité française les en avait tiré. Face à l'Australie  trois idées reçues ont pris du plomb dans l'aile comme on aime à le dire chez Père Dodu.

-évitement vs rentre-dedans

l'Australie pratique habituellement du rentre-dedans derrière, pourtant contre les Bleus, quel éblouissement de voir cette vivacité derrière, cette rapidité d'exécution, cette continuité dans le jeu.

Parce que l'équipe de France n'arrive pas à pratiquer un tel jeu on nous bourre le mou avec des formules du type : Dans le rugby pro, la qualité première est l affrontement, prendre le centre du terrain etc.

Foutaises!

Et on peut l'avoir d'autant plus amère que non seulement un jeu chatoyant est possible, mais surtout l'Australie a apporté la cinglante preuve au clown triste qu'en moins de deux ans, une équipe peut radicalement changer de style de jeu au niveau international tout en gagnant en efficacité.

-essai en première main quasi-impossible au niveau international

Sans commentaire, ou si peu. Là encore c'est pas parce qu'on n'arrive pas à le faire que c'est impossible, les Blacks et l'Australie le font régulièrement et parfaitement (qui se souvient d'avoir vu une combinaison derrière ces 10 dernières années ?).

-défi physique

Régulièrement face aux nations du Suttt, les français rendaient kilos et centimètres, ne s'est plus vrai depuis en gros 2007.

Lors de ce sombre match, Traille, Jauzion et Rougerie affichaient des mensurations bien supérieures à leur vis à vis, on connaît la suite.

3. Qu'avait de plus l'Australie ?

Une mêlée supérieure à la notre : non

Une troisième ligne franchissant la ligne d'avantage : oui

Une charnière habituée à jouer ensemble : oui

Une charnière digne de ce nom, pesant sur l'orientation, prenant l'initiative, inventive et inspirée : oui

Des trois-quarts rapides, incisifs et dynamiques : oui

Une équipe composée de joueurs explosifs avançant à chaque impact : oui

Aux mêmes questions pour la France faire une réponse inverse.

4. Les responsables : le Lièvre et son staff

La responsabilité de cette faillite unique en incombe au Lièvre et à son staff, dépassant la débacle de 1997 face aux Boks (10-52). Il est vrai qu'en juin 2007 une équipe de France avait pris 61-10 face aux Blacks, mais il s'agissait d'une équipe bis. Ce qui 'n'était pas le cas face à l'Australie.

On va ressortir, les habituelles excuses aussi bidons que bidendum :

pour commencer en France le niveau de jeu est pas assez élevé en TOP 14.

Ah bon, je croyais que c'était le meilleur championnat du monde, attirant les meilleurs joueus étrangers, avec des clubs dominant la H CUP.

Parfois on a l'inverse : les joueurs préférent se consacrer au TOP 14

ensuite, on est une équipe en phase de construction

Celle là on la connait bien, elle est utilisée en gros depuis 2007, sauf que là aussi ça coince après le grand chlem de 2010, vendu comme la preuve que ayé les grands travaux sont finis.

dans le même genre existe aussi :  la préparation n'a pas été facile

C'est vrai que trois semaines pour composer une équipe, tout en essayant de nouveaux joueurs et en rappelant d'anciens, c'est un peu juste. Mais la faute à qui ?

Le Lièvre n'avait qu'à se concentrer sur le groupe du Grand Chlem en effectuant au besoin des changements dictés par les blessures.

De toute façon nos adversaires n'ont pas été dans de meilleures conditions de préparation.

enfin, à utiliser après de mémorables roustes que jamais n'effacent les troubles liés à Alzheimer, il y a l'incompréhension absolue

Le Lièvre est pas mal dans cette catégorie, il prend à chaque fois un air de Droopy pour dire : là je comprends pas, c'est irrationnel, hallucinant, qu'est-ce qui s'est passé dans la tête des joueurs, comment a-t-on pu en arriver là etc.

On va lui expliquer nous ce qui s'est passé : à sélectionneur incompétent, joueurs déboussolés et grosse branlée.

Au moins échappera-t-on cette fois à l'excuse bidon number one de la défaite : on est en fin de saison, on est fatigué, on a trop de match dans l'année etc.

Au terme de cette historique défaite l'Australie finissait sa saison quand la France en est au premier tiers.

Après l'excuse bidon bidonnante vient la petite lueur d'espoir prononcée en général par un sage (Servat, Jauzion, Nallet...) : on sait le chemin qui nous reste à parcourir pour se rapprocher des meilleurs et travailler en ce sens.

L'écart se creuse le plus souvent parce que travailler plus avec les mêmes incompétents, selon les mêmes méthodes en bois, c'est travailler plus mal et au final être pire. Sinon, il y a bien longtemps qu'on serait au moins au niveau des meilleurs.

Quand le camion va droit dans le mur, on n'accuse pas la marchandise transportée, mais le chauffeur.

Kicéki a les clés du camion : le Lièvre et son staff.

Ont-ils le permis ?

Je vous laisse deviner la réponse qui nous occupera prochainement.

Pour les pressés de savoir, de quoi accouchera cette gigantesque dérouillée, là aussi la réponse est simple : rien.

Déjà après la raclée face aux Blacks et la minable tournée de juin le Lièvre était content de lui, ça va continuer comme ça jusqu'en septembre 2011, on a pas fini de trouver le temps long.

Adiu

 

Commentaires

Bien vu. Il nous faut du solide à l'arrière, nos gros ont été bons, et je ne vois toujours pas d'ouvreur sur le terrain...

Écrit par : RR | dimanche, 28 novembre 2010

tout cela n'est guere rassurant,la coupe du monde va arriver tres vite

Écrit par : xv france | dimanche, 28 novembre 2010

Rien a dire, tout est dit
Moi qui supportait encore un peu le Lievre, je n'arrive plus .... A expliquer l'inexplicable gestion qu'il a
Nous sommes nombreux à parler de la Coupe do Monde mais lorsque l'on voit les résultats des 3 derniers weeks end de tests match nous pouvons nous attendre à une belle déconvenue pour le Tournoi

Écrit par : Antoine | dimanche, 28 novembre 2010

Quelle pertinence dans cet article !!!


Lorsque j'avais vu la France dans les 6 nations en 2008, je trouvais le jeu pauvre et ses choix tactiques douteux. On me répondait tout le temps "laisse le il vient d'arriver, il faut que la mayonnaise prenne". Fin 2010 c'est toujours la même !!!

La France malgré sa victoire aux 6 nations avait été d'une nullité incroyable. Plus dû au faible niveau montré par les adversaires que du bon niveau français...

Lièvremont me rappelle Domenech avec la sélection française. Le même imposteur

Écrit par : TSR | lundi, 29 novembre 2010

je partage pas mal.

mais Skrela et villepreux avaient fait "aussi pire".

et puis ils ont rappellé un centre mal aimé qui plaquait.
et puis un 10 pourtant bien connu a commencer a jouer comme un dieu.
et puis un 9 avec de la bouteille est entré dans les meilleurs neufs du monde.

On sait pas pourquoi, c est arrivé d un coup. Ils ont été sacrement chounards, Sk et Vx. alors j'y crois encore un peu, parce que devant, c'est solide. Il manquait un sauteur et c'est pas compliqué, il y en a .

Écrit par : santos | jeudi, 02 décembre 2010

rappel :7 fevrier 1998 contre l angleterre
carbonneau(m) Castaignede(o) Glas Lamaison Dominici Bernat-s Sadourny(arr)
21 novembre 1998 contre l australie
carbonneau(m) Aucagne(o) Glas Lamaison Lombard Bernat-s Gomes(arr)
26 juin 1999 contre la nouvelle zelande
Mignoni(m) Mola(o) Castaignede N tamack Dominici Sarramea Garbajosa(arr)
Enfin 6 novembre 1999 contre l australie finale coupe du monde
galthie(m) Lamaison(o) N tamack Dourthe Dominici Bernat-s Garbajosa(arr)

Écrit par : santos | vendredi, 03 décembre 2010

Est-ce l'Australie qui est aussi forte que ça ou la France si Faible? La vérité est sans doute entre les deux mais une chose est évidente l'écart est tel qu'on peut tirer un trait sur cette coupe du monde. Pour avoir une chance il aurait fallu se donner des moyens exceptionnels comme avaient fait les Anglais quand ils l'ont gagnée. La FFR telle qu'elle fonctionne, en est à l'évidence incapable.

Écrit par : alex panzani | samedi, 04 décembre 2010

C'est difficile de juger les raisons de cette raclé. Mais ce qui est sur c'est que l'australie à une bonne équipe et nous aussi. Il faut espérer remettre les pendules à l'heure à la prochaine rencontre !

Écrit par : Forex france | mardi, 18 janvier 2011

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu