Avertir le modérateur

jeudi, 03 février 2011

En attendant Ecosse-France (I) : Marco, un peu de Sarko par-ci un peu de Ségo par-là, mais toujours zéro

J'ai changé ! Le Lièvre a visiblement le même conseiller en com' que Sarko et appelle lui aussi à la rupture, le côté Sarko de Marco en somme.

Dans le JORF (Journal officiel du rugby français), on apprend à ce sujet des choses bien étranges, qui montrent un peu plus que l'on est en pleine Ere du foutage de gueule généralisé.

Après la raclée prise face à l'Australie, le Lièvre a en décidé : "Finie la démocratie participative". Il faut entendre par là que le sélectionneur en accord avec son staff et le cas échéant quelques cadres définissaient auparavant en commun les objectifs du XV de France et les moyens d'y parvenir en adoptant tel ou tel système de jeu.

A la manière de la Reine du Poitou-Charentes, le côté Ségo de Marco, le Lièvre a dû penser que ça faisait moderne cette "démocratie participative".

A la vérité on s'en fout du régime politique du XV de France, ce n'est que du sport, ils peuvent être en dictature si ça les amusent pourvu qu'on ait quelque chose qui tienne un peu la route.

On en pense évidemment ce qu'on veut, mais un régime dictatorial à la sauce Fouroux, Petit Caporal de l'Empire, ça avait le mérite de la clarté avec d'excellents résultats à la clé !

Quoi qu'il en soit, on imagine mal les Bleus foutrent le feu à Marcoussis, planquer la charcutaille de Rétiere, caillasser leur bus, piquer les pages de leur classeur tout neuf (le fameux Livre de jeu) pour virer un sélectionneur en voie de Ben Alisation.

S'il n'y avait que ça, on chipoterait pas pour une crotte de plus du Lièvre, mais toujours dans le Midol, Nallet balance deux truc énormes en comparaison desquels une charge de Lauaki tient de la pichenette.

Primo : "certains joueurs n'ont pas osé parlé" au Lièvre pour dire qu'ils pigaient que dalle à ce qu'il voulait.

Etrange cette "démocratie participative", où les citoyens ont peur d'user de leur liberté d'expression. Le foutage de gueule toujours.

Deuxio : "Marc veut se rapprocher de nous pour nous donner directement ses directives". Là on doit à la vérité de dire que si t'as pas le cul planté dans un profond fauteuil de tapissier, la chute risque d'être rude. On pensait assez connement, comme sans doute pas mal de type ayant tâté de la gonfle, que le Lièvre s'adressait directement aux joueurs.

Ebé non, ils devaient passer par son secrétariat. Du coup ça devait donner un truc du genre :

-M. Lièvremont, j'ai un certain M. Dusautoir au bout du fil, il demande à vous parler.

Le Lièvre : Pas le temps, chui occupé à faire, refaire et défaire mon album Panini grandeur nature, passez-le sur la 2 à Tamack ou Retiere, ya bien un des deux qui pourra lui répondre.

Encore et toujours le foutage de gueule généralisé. Une démocratie participative dans laquelle l'élu (le Lièvre)  est infoutu de s'adresser directement au peuple (les joueurs) ça semble quand même très étrange et quand il est question de rugby, on comprend l'abyssal malaise avec un Big Coach qui ne parle pas aux joueurs en direct.

Tu m'étonnes qu'après ça on parle d'erreur de communication !

Du coup, vu que personne ne moufte et que le Lièvre peine à s'exprimer avec les joueurs, une idée géniale a dû germer dans la tête d'un type qui a dû oeuvrer dans une vie antérieure au sein de la cellule management de Lehmans Brothers.

Cette idée que la Terre ovale nous envie, c'est bien entendu le classeur contenant Le Livre de jeu.

Depuis Chirac faisant la promesse d'aller se baigner dans la Seine, c'est sans doute l'une des plus belles conneries qu'on ait eu la joie d'entendre depuis ces vingt dernières années.

Un Livre de Jeu : Ce nouveau Petit Livre rouge pour les Bleus, c'est le sommet du nimportnawak. Mais vu que le Lièvre n'est pas foutu de causer aux gonzes, il leur propose de lire ce qu'il attend d'eux.

On sent bien que ça va faciliter la communication ce dialogue par pages interposées. Sans compter qu'on ne peut pas dire que ce soit très flatteur pour les joueurs. C'est comme si on leur disait : Bon les gars, ça fait trois ans que vous entravez que dalle à ce qu'on essaie de vous dire, alors on va vous l'écrire, vous savez lire au moins ?

J'espère qu'ils ont pensé à organiser des séances de lecture suivie d'un débat et de la remise des 30 ou 23 fiches de lecture au coach.

Quoi qu'il en soit avec des idées pareilles, l'amateur de rugby n'a pas fini de passer pour un gros boeuf !

 

Viva la révolucion !

 

Commentaires

Faudrait peut-être délocaliser un match du Tournoi à Tunis, pour voir...

Écrit par : comme fou | jeudi, 03 février 2011

...et hasta la victoria, que l'on se souhaite quand même un peu, et pleine d'enseignements.je m'incline devant votre analyse poussée... près des orties.
pour le petit côté participatif, rectifie nous juste les 2 couillonades orthographiques (que tu sauras très bien retrouver) et promis j'affiche le tout sur ma cheminée samedi vers 17 heures.
bon, adiu, m'en vais à dix,on naît pas des boeufs !

Écrit par : Benoît | vendredi, 04 février 2011

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu