Avertir le modérateur

mercredi, 09 février 2011

En attendant Irlande-France : un rugby d'un autre âge

Cette année la version 2011 de l'affiche Irlande-France risque d'avoir un goût de bière tiède.

Tiède parce que le pack irlandais a l'habitude d'être le roi de l'embrouille sur mélées ouvertes, fermées et à moitié closes.

Tiède parce que l'équipe vieillissante peine à se renouveler.

Tiède parce que les irlandais ont eu très chaud sous le soleil d'hiver italien, ce qui va paradoxalement refroidir leurs ardeurs offensives (chaud+froid=tiède)

Tiède parce qu'il ne faut pas attendre grand chose d'une équipe de France encore convalescente, bleue pâle et bien timide.

Face à une équipe d'Ecosse ultra-dominée sur les phases de conquête, la charnière a été incapable d'orienter le jeu et de peser sur la conduite de la partie. Parra s'est emmélée au ras, Trinh-Duc a réussi à faire oublier qu'il était un quart d'ouverture par une passe à la Deylaud. Ici la manoeuvre n'a pas pris, le terne domine. Pourtant, aveuglée par le geste, partout on a lu, entendu la même fable : C'est le meilleur match de Tronh-Duc en Bleu.

L'an passé la même fable était contée.

Depuis le temps que Trinh-Duc fait son meilleur match en équipe de France on en déduit facilement que ses débuts étaient bien faibles, pareille musique ne guidait cependant pas les observateurs de ses débuts et surtout  de meilleur match en meilleur match, il devrait atteindre des niveaux stratosphériques éblouissant le spectateur. Or, le terne perdure, s'incruste, s'ankyste, bref le foutage de gueule continue...

Du côté de l'animation offensive, les choses ne vont pas s'améliorer avec nos deux secondes lignes centres : Traille et Rougerie.

Si Traille est enfin à sa vraie place, avec son voisin jaunard, ils forment une attaque aussi vive que l'oeil mort d'un gardon en voie de putréfaction. Sans compter que l'association évoque péniblement la ligne "d'attaque" conduite face aux australiens.

Une fois de plus il reviendra aux deux toulousains de dessiner les arabesques d'un jeu chatoyant.

Pour le reste, le Huit majeur est reconduit.

Ce n'est que justice tant il fut brillant, mais sa fragilité inquiète, en l'absence de Servat et de Mas, l'édifice a vacillé au point de permettre aux écossais de revenir dans le match. L'improbable Ducalcon (Mme Denise) a confirmé - si tant est que cela fut nécessaire - qu'il devait être définitivement rangée dans le tiroir des piliers de bal musette avec les Brugnault, Boyoud et autres Faure. La démonstration bénéficie au  cimetière à poulets (Marconnet).

Prions chaque jour pour que la première ligne arrive intacte au pays du long nuage blanc.

Gare, car Dieu vomit les tièdes !

PS : On peut lire le preux Villepreux, qui à la différence des imbéciles, change d'avis sur le Lièvre après l'avoir longtemps soutenu.

C'est là

La compo :

Derrière
Poitrenaud (Stade Toulousain) - Huget (Bayonne), Rougerie (Clermont), Traille (Biarritz), Médard (Stade Toulousain) - (o) Trinh-Duc (Montpellier), (m) Parra (Clermont)

Devant

Bonnaire (Clermont), Harinordoquy (Biarritz), Dusautoir (Stade Toulousain, cap.) - Nallet (Racing-Métro), Pierre (Clermont) - Mas (Perpignan), Servat (Stade Toulousain), Domingo (Clermont)

Remplaçants: Guirado (Perpignan), Marconnet (Biarritz), Thion (Biarritz), Chabal (Racing-Métro), Yachvili (Biarritz), Jauzion (Stade Toulousain), Clerc (Stade Toulousain).

 

Commentaires

Bien envoyé... un rythme qui nous sied.
On ne peut pas mieux dire...
Bien à vous.

Écrit par : LE PILIER | jeudi, 10 février 2011

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu