Avertir le modérateur

mercredi, 11 mai 2011

Pool : Chabal à la trappe

Avant de revenir sur la liste du Lièvre, le cas Chabal interpelle comme ne cesse de me le dire mon psy.

D'abord, sa non sélection est sportivement incohérente, après l'avoir balladé en seconde pompe, le Lièvre a fini  par placer the right man at the right place, c'est-à-dire en 8.

Certes le bougre barbu n'a pas réussi le Tournoi 2011, mais d'autres que lui n'ont guère brillé, ce qui ne les empêche pas d'être dans la fameuse liste (Palisson, Estebanez). Sans compter qu'en raison de la mauvaise foi ou si l'on préfère de  l'incompétence du Lièvre, Chabal a été titularisé pour le Tournoi alors qu'il était aussi notoire que le Lièvre est nul que l'homme sandwich était à cours de forme.

C'est trop facile de faire jouer un type qui n'est pas au mieux de sa forme pour ensuite mettre en avant ses lacunes et de le ranger dans le frigo.

Or, Chabal est en pleine bourre comme en témoignent son monumental essai contre l'USAP ou celui rageur contre le Stade, au terme duquel il ne fait rien moins qu'emporter Dusautoir sur 5 mètres.

Se priver de Chabal est moralement une faute quand on a compté sur lui au point d'en faire un cadre.

Se priver de Chabal est sportivement une erreur, quand il est le seul à posséder ce profil d'impact player de nature à déchirer les défenses ou au moins à fixer plusieurs défenseurs.

Entendons-nous bien, si la Chabalmania est parfaitement agaçante car disproportionnée par rapport à la valeur sportive du joueur, il est tout aussi agaçant de le voir payer pour ce qu'il représente plutôt que pour ce qu'il est.

Chabal n'est que l'icône d'un jeu à la recherche d'une médiatisation de nature à générer plus d'argent pour les clubs et la Fédé, en particulier par le biais de droits TV. On a beau retourner le problème dans tous les sens :

1. cette médiatisation passe par une starification

2. cette médiatisation oblige le rugby à ne plus être un sport régional

3. conquérir un nouveau public, urbain, féminin et septentrional ne passera jamais par l'exposition des finesses de la poussée oblique d'un pilar.

Chabal offrait l'image condensé de l'idée que l'ignorant du jeu se fait du rugby, une brute barbue dotée d'une force hulkesque et s'exprimant d'une voix grave, comme d'un autre temps, celui où l'homme rentrait de boîte en tirant sa proie par les cheveux.

Dénoncer l'absence de Chabal n'est pas en faire un titulaire, Picachou, on l'a assez écrit est taillé pour le rôle, mais son entrée à l'heure de jeu pouvait être précieuse.

La nature ayant horreur du vide expliquant au passage que le Lièvre ait la tête pleine de flotte, l'absence de Chabal est compensée par la présence de Lakafia.

D'habitude c'est un lapin qui sort du chapeau du magicien, ici le Lièvre sort de son chapeau un joueur certes intéressant mais dont l'expérience au plus haut niveau est nulle.

Une fois de plus l'incompétence et l'incohérence du Lièvre questionnent : pourquoi ne pas avoir retenu Lakafia pour le Tournoi, pourquoi avoir retenu Chabal pour le Tournoi, pourquoi avoir dit que le groupe retenu pour le Tournoi serait proche de celui de la Coupe du Monde, alors que ce n'est pas vrai ?

Pour éviter de répondre à ces dérangeantes questions, le Lièvre pourra opportunément se cacher derrière les propos (largement partagés) de Chabal sur les arbitres.

Les arbitres c'est comme le grisbi, faut pas y toucher.

Seul motif de réjouissance pour le puriste, la pollution publicitaire occassionnée par l'homme sandwich devrait diminuer, mais à n'en pas douter la problématique de la médiatisation du rugby ne s'évaporera pas pour autant.

Qui sera le nouveau Chabal ?

 

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu