Avertir le modérateur

mardi, 13 septembre 2011

L'équipe de France d'avant : tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes (et réciproquement)

Il arrive que dans nos belles démocraties libérales on s'étonne de l'uniformité d'opinion régnant en dictature.

Celle-ci est souvent façonnée par des croyances, qui à force d'être répandues (non Jésus-Christ n'était pas un hippie, oui Johnny a toute sa tête, non Elvis n'est pas mort, il joue à Clermont, oui les socialistes marseillais sont honnêtes, non tenir un blog ne rend pas con)  finissent par être communes. Pour tout dire aussi indiscutables que la pensée Novésienne ou que les bienfaits de la mousse d'après-match.

Invariablement, autant que je m'en souvienne, chaque Coupe du Monde de rugby donne lieu à une série mélangeant les ingrédients de Plus belle la vie en passant par l'Autobus à impériale (d'accord ça date un peu) pour finir par La petite maison  dans la prairie.

Les médias réunis s'attachent à bâtir la même histoire tout au long de l'été, de la bande de copains à la vie à la mort qui affronte mille aventures mais finissant toujours par sortir vainqueurs.

Ca donne dans le désordre :

- tiens il pleut, mais les Bleus n'ont même pas peur de sortir en K-Way, pour sûr les éléments déchaînés vont les souder encore davantage, vu qu'ils étaient déjà super pots entre eux ;

- comme c'est beau l'entraide, les garçons font du VTT deux par deux et font pompe à vélo et gourde communes ;

- qu'ils sont courageux, les garçons font de l'accrobranches, pour sûr à ne faire qu'un avec la nature, ils vont soulever des montagnes ;

- nos garçons sont devenus de vrais hommes avec un mental de guerrier après un terrible autant qu'invariable stage commando. En réalité, après avoir passé la matinée à se déguiser en bidasses, les gonzes rampent sous  deux mètres cinquante de barbelés et prennent un pont de singe traversant l'Hers mort.... Faut pas pousser quand même, le staff n'est pas con au point de bousiller les joueurs dans des exercices débiles tout juste bons à réveiller un kosovar destiné à porter le képi blanc pour avoir enfin ses papiers.

C'est plus l'équipe de France qui se prépare, mais les bidasses en folie, les charlots font l'Espagne, etc.

Avec le sempiternel esprit commando des stages de préparation (attention, les japs attaquent), on touche le fond du n'importe quoi. C'est à se demander pourquoi le Lièvre et son staff n'ont pas envoyé à l'autre bout du monde 30 légionnaires capables après de redoutables tests de QI de différencier un ballon rond d'une gonfle !

Et puis le stage de préparation fini, tous de nous faire accroire qu'on se retrouve avec 30 types super affutés (c'est à croire qu'en club les joueurs sont payés à faire du gras à force de glander...), capables au choix d'éplucher un kilo d'oignon ou d'écouter Carla Bruni sans pleurer, 30 types ne reculant devant rien, gardant leur sérieux à la vue d'un chanteur moldave qualifié pour l'Eurovision, 30 types avec un mental aussi gros que les couilles du taureau de Laguiole, ne cillant pas à la vue d'un grillon qu'ils auront égorgé de leurs propres mains afin de nourrir leur insatiable appétit de vie et de liberté.

Le Lièvre, son staff et son équipe ont tout du cancre, qui, toute l'année à la ramasse, pense pouvoir combler ses lacunes en deux mois alors que depuis trois ou quatre ans les bons élèves répétent leurs gammes et progressent (les Blacks, les Wallabies et dans une moindre mesure les Beefs).

La compétition à peine commencée, voilà que les masques tombent :

- le Lièvre n'a aucune prise sur le groupe, il est vrai que doté de l'autorité et du charisme de la betterave rouge dépressive pour avoir été trop cuite, il ne faut pas trop en demander non plus aux joueurs. Au moment où plus personne ne croit en lui, comment en vouloir aux 30 de ne pas vouer au Lièvre un culte fidèle ?

- les Bleus sont amorphes, ont autant de gnaque qu'une boîte à pet gagné à la fête foraine, comment s'en étonner quand les fortes têtes ont été mises au piquet (Bastareaud, Chabal, Fritz, Marconnet).

- le XV de France est en panne de leader, quelle horrible découverte, Dusautoir n'est plus le formidable meneur d'homme, le leader par l'exemple que la Terre ovale nous envie ?

-Harinordoquy a tellement le bocal, que c'en est devenu un aquarium dont il faut tout aussi régulièrement changer l'eau que déplorer l'irrégularité de Yachvili, là encore rien de bien nouveau dans le pacifique sud.

- tout aussi affreux, Trinh Duc ne pése rien dans l'organisation du jeu, à nouveau quelle horrible découverte

Le Lièvre a bâti une équipe à son image, gentille, propre sur elle mais incapables de révolte, comme plongée dans une dépression post-traumatique.

Tout cela n'annonce rien de bon.

Commentaires

"doté de l'autorité et du charisme de la betterave rouge dépressive pour avoir été trop cuite " en parlant de Le Lievre ; excellent, je la mets dans ma petite boiboite ou je collectionne les expressions...

Écrit par : rapilou | mardi, 13 septembre 2011

Je te trouve bien dur, voir encore plus dur que lors du dernier Tournoi.
C'est à la fin du bal que l'on paye les musiciens donc attendons de voir la suite, ne sait on jamais

Écrit par : Antoine | mercredi, 14 septembre 2011

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu