Avertir le modérateur

jeudi, 22 septembre 2011

Le Lièvre et le furet

A l'image du furet, le prédécesseur du Lièvre, court, court, il  est passé par ici, il repassera par là !

Après avoir fini de pourrir une ambiance déjà lourde à l'Aviron bayonnais, après avoir fait miroiter les millions de tocards canadiens pour relever le Stade français, Laporte part sur la rade au risque d'y finir.

Décidément le monde du rugby est bien petit. Laporte, piètre entraîneur de l'équipe de France, sous-ministre au bilan aussi transparent que les dessous de la Cicciolina, endosse le costume de Red Adair pour étouffer le feu qui couve. Sauf que Laporte a échoué partout où il est passé (sauf à Gaillac mais en crabos ça compte pas), au point que le seul mérite qu'il puisse s'attribuer (un titre de champion en 1998 avec le Stade français) tombe dès qu'on gratte un peu, un Paris sans Laporte chope à nouveau le bouclard en 2000, puis 2003, et comble de l'influence managériale, c'est un Paris sans entraîneur qui ramasse la mise en 2004. Bien sûr il y a Bègles, mais d'autres peuvent au moins autant que lui (Alibert, Conchy Gimbert, Moscato, Simon...) incarner une furia béglo-bordelaise emportant tout sur son passage.

Il est temps que la baudruche Laporte se dégonfle. Pourtant il continue de pérorer partout comme s'il avait l'art de faire oublier le chapelet de casseroles qu'il trimbale. Rien que sur ces 6 derniers mois, le sauveur du rugby français a contribué au départ de deux présidents de club.

Si j'étais Boujellal je me méfierais !

09:10 Publié dans Sport | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : laporte, toulon

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu