Avertir le modérateur

dimanche, 29 janvier 2012

En attendant France-Italie : Le groupe des 23, la France n'aime pas le Fritz

30 - 8 + 1 = 23

Commencer la geste du Tournoi 2012 par une équation dit assez le côté original de la chose. Dans le choix des 30 parmi les rares étrangetés, l'absence du Fritz a beaucoup fait causer ou pire la présence de son bourrin de remplaçant : David a pu étonner. Etonnement de courte durée puisqu'il est resté à sa place, c'est-à-dire regarder ses copains jouer dans le poste. Il est vrai que côté rédemption du bourrin honni puis adulé, avec Rougerie on a déjà de la viande fraiche en tête de gondole.

Comment justifier l'absence du fridolin, quand son second est retenu ? Aucune justification, d'avouable en tout cas puisque rien n'est vraiment dit, si ce n'est : "il doit faire ses preuves, la porte ne lui est pas fermée" et dans le même temps de mettre sa doublure dans la besace des 30. Si c'est pas une démarche à la con ça ! Et je m'y connais en démarche à la con pour avoir cité le Sauveur au cours d'une générale où il était question de "tendre l'autre joue".

Après tout, pour rester dans le même registre, on veut bien croire à la parole de Saint-André, et même prier pour lui, sauf qu'il  sort de sa manche un pilier, pas plus mauvais qu'un autre, mais pas meilleur non plus, ce qui n'est à proprement parler la définition d'un international. Dans le genre miraculeux on est en droit d'attendre mieux.

Tant qu'à nous sortir un lapin de sa manche au dernier moment, pourquoi pas Fritz, il est vrai qu'il n'est pas réputé pour son côté blanche colombe.

Plus étrange encore, la vie des saints est parfois bien déroutante, mais quand même ! Pourquoi mettre dans les 30 deux piliers, dont l'un a fait un beau match en tricolore et ne s'en est jamais vraiment remis, et dont l'autre trouve encore le temps d'engueuler madame Denise pour l'entartrage de ses résistances après se faire régulièrement plier par Mas comme s'il avait face à lui un accordéon (encore VGE). Que Barcella et Ducalcon ne soient pas au niveau, personne ne le conteste, pas même leurs fournisseurs en poulets fermiers, mais alors pourquoi les mettre dans les 30 ! En voilà une question qui est bonne, tellment bonne que je me félicite de l'avoir posé.

La malédiction de la pile continue, le Lièvre avait commencé à nous sortir de la forêt landaise des piliers de bals de musettes  parmi lesquels les inénarables Boyoud et Brugnault, PSA nous sort Attoub, plutôt réputé bien se tenir à table, vu qu'il a un solide coup de fourchette, ne répugnant pas à savourer toutes les gastronomies du monde, avec un faible marqué pour la cuisine anglaise... Si l'on m'avait donné mon avis tant qu'à prendre un pilier sur le retour, le jaunard Faure m'aurait paru plus indiqué.

Finalement, il est possible de se demander si la seule bonne raison de la sélection d'Attoub ne tient pas dans la volonté de contrarier ceusse qui l'ont lourdement sanctionné hier ?

Dans le même genre, pourquoi placer sur un strapontin Nallet à la faveur d'une blessure et faire sortir de la salle Pierre, pourtant déjà là avant ? On en arrive à cette conclusion déroutante, Nallet est dans les 23, voire comme titulaire, alors même qu'il n'était pas dans les 30. Soit c'est beaucoup trop intelligent pour moi (et hélas aussi pour toi je le crains, ami lecteur), soit c'est très con. La prudence incline à la première option, l'amour propre à la seconde, la lucidité recommanderait un savant dosage entre les deux.

Quoi qu'il en soit, pour le reste, que du premier choix (comment ne pas retenir Clerc, même si l'usage veut que ce soient les clercs qui fassent appel aux saints et non l'inverse), même Trinh-Duc commence à s'y mettre, c'est dire  si le ciel se dégage, après tout, l'équipe de France est la meilleure d'Europe, puisqu'elle est la deuxième au monde.

De tout cela et d'un peu plus on ne manquera pas de s'agacer !

Avants : Attoub, Debaty, Mas, Poux, Servat, Szarzewski, Maestri, Nallet, Papé, Dusautoir (cap), Bonnaire, Picamoles, Harinordoquy

Arrières : Parra, Trinh-Duc, Beauxis, Yachvili, Mermoz, Rougerie, Fofana, Clerc, Médard, Malzieu

mercredi, 25 janvier 2012

Le rugby, un sport "conservateur et raciste" ?

Tout est

Pour faire simple :  le rugby est un sport institutionnellement à droite et intrinsèquement de gauche ; le foot c'est l'inverse...

jeudi, 05 janvier 2012

Communauté d'inspiration ?

Comment le site qui héberge mon blog reprend allègrement mes trouvailles géniales, qu'on ne peut lire qu'ici et donc pas ailleurs, sinon pas con, t'irais ailleurs...

C'est  (au tout début de l'article)

Vu que la culture générale de la plupart des rédacteurs de 20 minutes a été forgée à partir d'un consciencieux visionnage des chevaliers du zodiaque et de dragon ball Z sous la période dite balladuro-chiraquienne du milieu des 90's, au prochain pompage je déménage (sans rires).

19:00 Publié dans Sport | Lien permanent | Commentaires (2)

Faire du neuf avec des vieux ? Dicton auvergnat : "le changement dans la continuité"

Le Goret  se la joue Vieux Goret des Etrennes (VGE)

VGE justement promettait en 1974 le changement dans la continuité. A croire que l'auvergnat est un conservateur dans l'âme mâtiné d'un zeste de filouterie (le paysan auvergant est madré comme chacun sait).

Le Goret ne s'est pas emmerdé il a fait dans le familier, il est vrai que l'auvergnat ne goûte guère les surprises, il ne se remarque guère par son côté aventureux. Pas tant parce qu'il a repris l'essentiel des troupes de la Coupe du Monde (moins en particulier les deux catalans Marty et Guirado - j'ai mal à l'USAP - + Nallet) mais surtout parce qu'il a pêché dans des eaux communes.

Comme ancien de l'ASM il intègre 3 Clermontois (Debaty n'est pas belge comme il aime à le répéter, Malzieu a été injustement privé de capes par le Lièvre, Fofana est un feu follet)

Comme ancien de Bourguoin et Toulon il chope deux toulousains (David, archinul contre les Harlequins, et Maestri, plus en vue depuis que Pato est blessé).

Comme type n'ayant pas que de la fange devant sa frange porcine il récompense le formidable début de saison des remplaçants toulousains (Nyanga, Beauxis en canne depuis deux matchs et Poitrenaud qui est avec David l'autre intrus de la troupe).

Au total très beaucoup quand même de toulousains, effet Bru ? Qu'on ne me dise pas que c'est normal vu que le Stade est au top, vu qu'il l'est en gros depuis 1989 !

Au final pour faire court et simple : le Goret a pris ceux qui sont partis en Nouvelle-Zélande et ceux qui les ont remplacés dans leur club.

En gras les "nouveaux".

La liste des trente joueurs français:

Avants (17): Fabien Barcella (Biarritz), Vincent Debaty (Clermont), Luc Ducalcon (Castres), Nicolas Mas (Perpignan), Jean-Baptiste Poux (Stade Toulousain), William Servat (Stade Toulousain), Dimitri Szarzewski (Stade Français), Yoann Maestri (Stade Toulousain), Romain Millo-Chluski (Stade Toulousain), Pascal Papé (Stade Français), Julien Pierre (Clermont), Imanol Harinordoquy (Biarritz), Thierry Dusautoir (Stade Toulousain, cap.), Fulgence Ouedraogo (Montpellier), Yannick Nyanga (Stade Toulousain), Louis Picamoles (Stade Toulousain), Julien Bonnaire (Clermont)

Arrières (13): Morgan Parra (Clermont), Dimitri Yachvili (Biarritz), Lionel Beauxis (Stade Toulousain), François Trinh-Duc (Montpellier), Yann David (Stade Toulousain), Wesley Fofana (Clermont), Maxime Mermoz (Perpignan), Aurélien Rougerie (Clermont), Vincent Clerc (Stade Toulousain), Julien Malzieu (Clermont), Alexis Palisson (Toulon), Maxime Médard (Stade Toulousain), Clément Poitrenaud (Stade Toulousain)

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu