Avertir le modérateur

mercredi, 07 mars 2012

En Attendant France-Angleterre, la charnière qui coince

Le lecteur fidèle le sait, il peut régulièrement lire ici que Trinh Duc est un "demi de fermeture" ou un "quart d'ouverture" (moins qu'un demi donc) ou encore que Rougerie évoque davantage un "coffre à ballon" de la remise d'un vestiaire qu'un centre capable au minimun de passer à droite ou à gauche. Bref, que les deux sont devenus au fil du temps le mètre étalon de la tocardise ovale.

Parfois, le même lecteur doit trouver que la dent est trop dure, que l'outrance le dispute à la mauvaise foi. Certes.

Mais voilà plus de trois ans que Trinh-Duc porte le 10 :

Qui se souvient de l'avoir vu enchaîner deux bons matchs ?

Qui se souvient de l'avoir vu peser sur le sort du match, par son jeu au pied ?

Qui se souvient de l'avoir vu soulager ses gros, de les avoir fait avancer ?

Pire qui l'a vu nourrir une complicité avec son 9 et les lignes arrières ?

Cherche pas, personne !

Depuis plus de trois ans c'est toujours pareil, le même hymne à la désolation qui retentit sur le pré. Dès que les gros rencontrent une certaine résistance devant, nul ne peut compter sur Trinh-Duc, ni même sur la charnière pour débloquer la situation. Alors que c'est précisément à cette aune que se mesure le talent d'une charnière, pour le reste c'est pas trop dur de faire le barbiquet derrière une mêlée devastrice, même Gilbert Montagné en 9 et Sarah Bernhardt à l'ouverture feraient aussi bien.

Dimanche dernier, les gros d'être empégués sur le papier tue-mouches irlandais, derrière rien, ou si peu, pour sortir le Coq de sa meule fumière.

Au-delà du cas Trinh-Duc, la charnière de France est en souffrance. Bien qu'aligné très souvent avec Parra, on serait bien à peine de voir la moindre complicité apparaître, il faut dire que les deux ont le melon plus gros que les splendides couilles du taureau de Laguiole.

Jamais dans toute l'histoire des Bleus une charnière au rendement aussi faible n'a été aussi longtemps maintenue, pourquoi le Goret l'a-t-il reconduit alors même que le Lièvre avait finit par se rendre compte de son erreur et placer Parra à l'ouverture ?

L'un des intérêts (rares tout de même vu la faiblesse des Beefs) de ce France-Angleterre qui se profile aussi sûrement que le casque à pointe de victoires noyées sous des breuvages aussi divers qu'improbables  est la tenue de cette nouvelle charnière Dupuy-Beauxis. Soit ils prennent les clés de la fourgonnette bleue pour faire pimpon jusqu'en 2015, soit ils ne saisissent pas leur chance et c'est le retour de la charnière aux oeillères, développant un sens aussi stratégique de l'occupation du terrain qu'un lapin pris dans les phares.

Autre épine dans les ergots du Coq, Rougerie, l'homme porte mieux le Dim que la gonfle. Suivant depuis peu une cure de désintoxication spécial coffre à ballons, il s'essaie à la passe, tantôt trop haute, tantôt trop basse, tantôt dans les bras adverses, le jaunard tocard peine à régler la mire. Le plus grand imposteur vu au centre de l'attaque française depuis le nîmois Andrieu est maintenu contre vents et marées comme on aime aussi à le souligner le service marketing de Costa croisières.

C'est déjà bien de changer les portes (Parra/Trinh-Duc), mais un  petit coup de neuf aux fenêtres (Rougerie) ne serait pas superflue.

Tant qu'à opter pour l'option coffre, le modèle toulousain made in germany (Fritz) paraît de meilleure qualité, même si son entente avec l'aviateur reste problématique.

Il y aurait encore  beaucoup à dire sur ce 15 en général et sur Szarzewski en particulier, toujours plus doué pour porter la coiffe à l'égyptienne période Dalida que pour lancer en touche ou perforer.

Servat pas encore parti manque déjà, foutu temps qui passe...

Composition du XV de France :

Poitrenaud (Stade Toulousain) - Clerc (Stade Toulousain), Rougerie (Clermont), Fofana (Clermont), Malzieu (Clermont) - (o) Beauxis (Stade Toulousain), (m) Dupuy (Stade Français) - Bonnaire (Clermont), Harinordoquy (Biarritz), Dusautoir (Stade Toulousain, cap.) - Maestri (Stade Toulousain), Papé (Stade Français) - Mas (Perpignan), Szarzewski (Stade Français), Poux (Stade Toulousain)

Remplaçants: Servat (Stade Toulousain), Debaty (Clermont), Nallet (Racing), Picamoles (Stade Toulousain), Parra (Clermont), Trinh-Duc (Montpellier), Mermoz (Perpignan)

Commentaires

l'outrance le dispute à la mauvaise foi ... c’est beau comme du Verdier

Écrit par : Al | mercredi, 07 mars 2012

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu