Avertir le modérateur

dimanche, 23 juin 2013

Présentation succincte de la tournée printemps-été 2013

Au premier test : bonne conquête en touche (très mauvais en mêlée) ; vivacité des lignes arrières

Au deuxième test : bonne tenue de mélée (très mauvais en touche) ; moindre vivacité des lignes arrières

Au troisième test : bonne tenue en mélée, bonne conquête en touche ; aucune vivacité des lignes arrières

C'est sûr que le jour où les Bleus pourront tout faire en même temps, les Blacks commenceront à s'inquiéter, en attendant, au cours de ces trois tests, chaque fois qu'ils ont accéléré ils ont marqué et débordé la défense bleue.

Au final, une tournée pour savoir que décidément Bleus rime avec Blues et Loose, qui n'aura donc pas servi à grand chose surtout qu'en novembre, des tauliers seront de retour, Parra et Papé.

Quoi qu'il soit, force est de constater que deux ans après sa prise de fonction par Saint André le rugby tricolore n'est pas plus avancé quand les autres ont continué de progresser...

samedi, 22 juin 2013

Les cons on les reconnait à ce que ça ose tout

Il faut vraiment douter de rien pour aller chez les "Tous Noirs" avec l'ambition de faire un truc, qu'on appelle ça hold-up où autre chose, en gros il s'agit de gagner un match.

Quand tu finis dernier du tournoi des 6 nations,

Quand tu perds contre l'Italie,

Quand tu fais péniblement match nul contre l'Irlande,

Quand ta seule victoire est contre l'Ecosse, équipe européenne la plus faible depuis Braveheart,

Quand les types sont déjà cuits en février-mars,

Que Quand avec tout ça que tu vas chez les Blacks, tu te fais oublier.

Dans la divine comédie (c'est pas le nom d'un bar homo) est écrit un truc du genre : "toi qui entres ici abandonne toute espérance".

Hé bé contre les Blacks c'est pareil, il n'aurait plus manqué que nos pipes tricolores battent les maîtres de l'Ovale.

Le XV de France fait penser à ces mauvais élèves (c'est de saison) qui foutent rien de toute l'année et qui croillent que le jour du bac ils vont tout faire péter parce qu'ils ont bossé 3 jours d'affilée et qu'ils pourront même passer devant l'élève appliqué qui depuis toujours travaille avec continuité et aligne les bons résultats.

Puisque personne n'aime l'injustice réjouissons-nous de ces trois défaites.

Gardons nos mouchoirs pour le jour où des Bleus dominateurs et constants perdront sur une avanie ovale contre moins bons qu'eux.

mardi, 18 juin 2013

Essai du bout du monde (2)

Ce qu'il a de bien quand on joue au bout du monde, c'est d'avoir droit à son essai du bout du monde...

C'est à partir de 1'15

https://www.youtube.com/watch?v=Na7iU640zAU

samedi, 15 juin 2013

Blacks 30 - Bleus 0

Nelson Mandela a plus d'avenir que la charnière Machenaud-Michalak.

jeudi, 13 juin 2013

Blacks-Bleus : solo la compo

Médard - Planté, Fritz, Fofana, Huget - (o) Michalak, (m) Machenaud - Le Roux, Picamoles, Dusautoir (cap) - Maestri, Samson - Mas, Szarzewski, Domingo
Remplaçants: Kayser, Debaty, Ducalcon, Vahaamahina, Nyanga, Dulin, Talès, Bastareaud

mercredi, 12 juin 2013

Privatisation de l'Ovale

Si le XV de France est la vitrine de l'Ovalie tricolore, fArce est de constater qu'une partie de la vitrine a été privatisée.

Tournée au pays des Blacks dite "historique",  point de salut hors de la chaine payante du rugby.

Certes, c'est déjà mieux qu'une tournée en Argentine, où pour voir les Bleus contre les Pumas catégorie B, il fallait déjà filer du fric à une chaine du Quatar (filer du fric au Quatar un comble, à la rigueur à Carcassonne, autre équipe du pays cathare).

Du coup pour lutter contre l'exclusion de l'amateur de gonfle désargenté il n'en sera pas question ici. A cette exception près qu'après l'honorable défaite 23 à 13, les Blacks vont aller crescendo et les Bleus descendo. Si bien qu'après une belle dernière place à l'issue du Tournoi 2013, l'équipe de France reviendra avec trois belles défaites dans la musette, mais l'essentiel n'est pas là, les voyages forment la jeunesse comme on disait au temps du STO...

Bien sûr il est toujours possible d'amuser le chaland avec une polémique en carton sur les-non français retenus dans une équipe dite de France alors qu'il faudrait au contraire saluer la défense de l'intérêt national par le Goret puisqu'il a décidé d'envoyer à l'autre bout du monde des joueurs étrangers déjà  cuits au terme d'une très longue saison et d'octroyer en conséquence des vacances aux joueurs bien de chez nous qui auraient pu y aller et de les préserver pour la saison prochaine (Guiry, Chavancy etc.).

Chapeau l'artiste !

mardi, 04 juin 2013

XV raisons d'espèrer et de désespérer en 2013 (13) : des grands, des gros et des petits

Dans le rugby de papa yavé des gros (Garuche, Portolan), des grands tout mous (Haget, Condom) ou plus énervés (Palmié), des moyens (Rives, Skrela), des petits, teigneux ou pas (Fouroux, Astre), des fins rapides (Bertranne, Lagisque, Estève) des plus gaillards rapides (Skrela, Charvet). Pour faire court, tout le monde y trouvait son compte, le rugby était le sport collectif le plus démocratique sur le plan physique.

Depuis le rugby pro, la treizisation de la gonfle est en marche. Pour s'en convaincre il n'y a qu'à voir n'importe quel match de Super 15 (en réalité le jeu pratiqué est du rugby à 14, quelque part entre le 13 et le XV) les joueurs ont à peu près tous le même physique, hormis les secondes pompes, physique que pour faire simple on appelera à "la Jauzion". Même talon ou demi de mélée à moins d'1,80 m tu passes pour un nain !

Du coup grosse cata dans les écoles de rugby, si en minimes tu ne dépasses pas le mètre quatre vingt, quel que soit par ailleurs ton bagage tactico-technique, tu joueras au mieux en F2.

Au contraire, même si t'es une pipe, mais une grande pipe, t'as toutes tes chances de prétendre accéder au niveau supérieur. Bref, l'accès au haut niveau de l'Ovale a perdu de son côté démocratique, de ce qui faisait l'incomparable charme du rugby d'autrefois. Bientôt  il deviendra plus facile d'intégrer le corps des gardes suisses  ou celui des Queen's Guard que de tâter  le cuir.

Et voilà que Castres arrive, des piliers grassouillets, des secondes lattes à l'ancienne (l'un long, l'autre épais), un troisième ligne long et tout fin, les deux autres athlétiques et aux ailes le pompon : Andreu avec  ses 170 cm et  Martial avec ses 195 cm. C'est comme si Joe et Averell jouaient au même poste !

Voilà pourquoi la victoire du CO n'apporte pas seulement la preuve que le Brennus n'est pas fait que d'argent,  elle démontre aussi que l'on peut être champions en ce début de XXIème millénaire avec autant de diversité morphologique qu'antan.

Voilà une nouvelle, chacun en conviendra, les gros, les grands, les moyens comme les petits, de nature à satisfaire le plus grand nombre.

Intermède : plaisir et déplaisir du va et vient...

A Castres, c'est Labit qui monte...

A Carcassonne, c'est Labit qui descend...

dimanche, 02 juin 2013

CO - Toulon : que du bon ! (le nouveau nom du miracle)

L'une des grandes leçons de la vie est qu'il n'y a pas de loi morale surplombant l'action des hommes et au besoin la corrigeant dans un sens éthique. Il revient aux hommes de forger leur destin, qu'il soit vertueux ou non, au nom de leur inaliénable liberté.

Pour faire court, l'ordalie rugbystique n'existe pas.

Il n'empêche que cette victoire du CO fait chaud et corrige les excès du rugby Pro.

Il n'empêche que la victoire du petit sur le gros panse les plaies du passé.

Il n'empêche que la victoire du rugby des champs sur celui des villes redonne goût à la campagne.

Il n'empêche que la victoire du joueur lambda sur la star est rafraichissante.

Il n'empêche que la victoire du neuvième budget entretient l'espoir d'un Brennus forgé de rêves dorés plus que d'argent.

Il n'empêche que la défaite d'un club dont le président s'était distingué par un manque absolu de respect à l'égard de la compétition ("je n'en ai rien à cirer du Top 14") éclaire un ciel lourd de menaces.

Il n'empêche que les sifflets du public destinés à Armitage prouve qu'au-delà d'un manque absolu de respect à l'égard de l'ASM c'est toute la France de l'ovale qui s'est sentie ainsi bafouée.

Sans rien enlever aux Castrais et à la part considérable qui revient au duo labitraversien, il faut reconnaître que cette victoire, comme celle du Stade l'an passé consacre un rugby étriqué plus que d'envolées.

Sans rien enlever aux Castrais et à la part considérable qui revient à l'engagement sans faille de tous les joueurs, il faut reconnaître que cette victoire est aussi la défaite d'un entraîneur Laporte démontrant une fois sa suprême incompétence :

- à quoi cela sert-il de doubler ou de tripler tous les postes pour remettre les mêmes (ou presque à une exception près) sur trois matchs à forte intensité, aux enjeux capitaux pour la saison (finale de H cup, demie et finale de Top 14) ?

- l'imagination n'est pas le point fort de Laporte, après avoir mobilisé ses troupes à coups de : "on va affronter l'ogre clermontois", puis de "on va affronter l'ogre toulousain", il a dû être à cours d'idées et balancer un : "attention au nain castrais". Laporte va devoir changer de musique, l'ogre qui se fait bouffer à tous les coups, ça va bien 5 minutes.

- le système de jeu de Laporte on le connait bien, c'est celui du goupe B des années 80, un gros pack gavant l'ouvreur de pénalités. En finale, le RCT a cruellement montré ses carences offensives, incapable de prendre le jeu à son compte et une fois mené au score ramant jusqu'à l'os pour finir par sombrer. Laporte et son RCT ne sont capable que de détruire, pas de construire et à ce petit jeu à la con du rugby topquatorzien ce sont les tarnais qui ont gagné.

Sans rien enlever à la fougue tarnaise, leur victoire est aussi celle de l'ASM et du Stade dont les multiples banderilles ont finit par avoir raison de la puissance toulonnaise. Que Laporte n'ait pas senti l'évidence d'une équipe émoussée par tois cols de première catégorie dit assez la nullité du personnage, les coups de gueule façon jambon Madrange ou pâte Lustucru c'est un peu court pour enquiller un doublé.

Avec un CO champion, c'est toute l'Ovalie des petits, des obscurs et des sans grades qui brandit le bouclier.

 

 

 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu