Avertir le modérateur

samedi, 12 juillet 2014

Brève histoire récente du rugby tricolore (IV)

L'ère du Lièvre fermée, la fédé semble avoir enfin tiré les enseignements de ses errements passés en désignant Philippe Saint-André, (dit le Goret, dit PSA) pour mener la barque tricolore au-delà du Channel en terres britanniques pour la Coupe du monde 2015.

Le Goret à la différence de ses deux prédécesseurs a une belle carrière de joueur international derrière lui.

Le Goret à la différence de ses deux prédécesseurs a été capitaine de l'équipe de France

Le Goret à la différence de ses deux prédécesseurs est un entraineur confirmé en France et en Grande-Bretagne

Le Goret à la différence de ses deux prédécesseurs s'entoure d'un staff expérimenté et titré avec Bru et Lagisquet, lesquels font plutôt l'unanimité quant à leurs qualités.

Le Goret à la différence de ses deux prédécesseurs n'a pas le mot "système de jeu" constamment à la bouche pour t'expliquer que t'y comprends rien au niveau technico-tactique.

Le Goret à la différence de ses deux prédécesseurs se fout du Tournoi comme de son premier placage raté, il ne vise qu'une chose : La Coupe du Monde, n'a qu'un objectif : La Coupe du Monde. N'a qu'une obsession La Coupe du Monde. Bref, il ne pense qu'à elle le matin en se rasant. Ce choix assumé est le reflet de l'hyper-professionnalisation du rugby où une compétition sentant le camphre vieille d'un siècle n'est que seconde sentant aussi la naphtaline.

C'est à la fois très malin et très con.

Très malin parce qu'il ne demande à être jugé que là-dessus, en conséquence de quoi il doit avoir la paix pendant les 4 ans qui précédent. Les multiples défaites ne sont que  péripéties sur le chemin de la victoire finale (qui se souvient des matchs des footeux avant 98 ?). C'est très malin parce qu'il s'en sortira forcément bien. Depuis que le rugby pro existe, l'équipe de France a toujours perdu en demie ou en finale, autrement dit toujours honorablement pense-t-on. Sans compter que perdre en quart ne changera pas grand chose au paysage du rugby français, tout continuerait comme avant. Prenons l'exemple du Lièvre, vilipendé par tous les spécialistes de la chose, il commente désormais tranquillement les matchs sur Canal comme s'il pouvait nous faire bénéficier d'une expertise qui lui a considérablement fait défaut pendant 4 ans (les footeux font de même, Domenech y va aussi de ses petits commentaires à la télé alors que tous ceux qui pensent avec leurs pieds ne voulaient qu'une chose : le pendre avec sa suffisance). Au fond, c'est un peu comme si on chargait Marc Dutroux d'animer les matinées à la télé pour les plus petits...

Très con parce qu'en attendant c'est le brouillard absolu, tournées et tournoi offrent des résultats minables, des défaites récurrentes et qu'au final tu ne peux pas tout paumer pendant 4 ans et à la fin gagner. Non pas pour des raisons de morales sportives, mais tout simplement parce que quand tu es abonné à la loose,  tu ne peux pas subitement (par la magie de la motivation ?) devenir le champion des champions. Pendant que les Bleus enchainent défaites sur défaites, les autres gagnent...

Au final Le Goret apparait comme un bon compromis, moins énervé que Laporte, moins couleur grisaille que Le Lièvre. La suite va nous montrer qu'il est de loin celui qui conduit tout droit le rugby tricolore en pro D2.

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu