Avertir le modérateur

jeudi, 10 juillet 2014

Brève histoire récente du rugby tricolore (VI) : à qui la faute ?

On connait déjà les coupables :

(faux) Problème 1- les cadences infernales, les autres jouent peu quand les nôtres jouent trop.

Qu'à cela ne tienne, passons au Top 12, avec seulement le champion de Pro 2 qui monte et le dernier qui descend.

(faux) Problème 2 - yatro d'estrangers.

petit a: ce sont les clubs français qui les recrutent

petit b : beaucoup d'étrangers, cela devrait permettre à nos internationaux de moins jouer et par conséquent d'apporter une solution au problème 1

(faux) Problème 3 - la pauvreté du jeu en Top 14.

petit a : argument bizarre, comment expliquer à la fois qu'on accueille les meilleurs joueurs du monde et que le championnat soit tout pourri (n'entend-on pas chanter partout - cocorico mon coco - que le meilleur championnat du monde est le nôtre ?)

petit b : toujours aussi bizarre, si notre championnat ne permet pas au talent des joueurs français de s'exprimer, comment expliquer que les étrangers du Top 14 brillent avec leur sélection, voire peuvent la retrouver précisément grâce à lui (Giteau).

Rien de bien convaincant pour expliquer la faiblesse tricolore, c'est donc ailleurs que se trouvent les vraies raisons de la régression du rugby de France (pendant longtemps on entendait que les autres étaient plus balèzes que nous, l'argument a aujourd'hui disparu tant il est évident que quelles que soient les nations l'apparence athlétique des joueurs est la même).

Deux grandes raisons : le système et les joueurs.

Le système

Clairement le rugby de France a fait le choix du Top 14, du rugby des clubs contre celui de la sélection. Le Top 14 rapporte du fric aux clubs, a généré une véritable économie, certes le modèle est fragile, étroitement dépendant qu'il est des droits tv, mais il est clair que le Top 14 représente une manne financière importante quand le XV de France rapporte que dalle ou si peu.

Ce n'est pas tant que le choix fait soit discutable qui pose problème, après tout les footeux du monde entier envient le championnat anglais sans que cela pose plus de problèmes que cela aux supporteurs beefs des pousse-citrouille. Ce qui pose problème est qu'un tel choix ne soit pas assumé, que la Fédé continue de nous enfumer avec ses rêves de grandeur et de stades à la con.

Les joueurs

Je suis frappé de voir à quel point les joueurs étrangers du Top 14 sont transcendés dès lors qu'ils portent le maillot national, quantité d'étrangers moyens en Top 14 se subliment dans le Tournoi (rien qu'au Racing, Lydiate, Sexton, Roberts...), quand le coq brodé ne suffit pas à nos joueurs pour hausser leur niveau de jeu.

Depuis plusieurs années déjà une légende urbaine prend corps et sa diffusion finit à la fin par agacer autant que le sable mouillé dans la raie sèche (et inversement) : En France on a de bons joueurs !

Bien, c'est entendu, mais dans ces conditions comment expliquer de si mauvais résultats ?

De bons joueurs à la longue ça doit finir pas donner de bons résultats...

En réalité, si la France avait de si bons joueurs que cela pourquoi faire appel aux étrangers en Top 14 ? Ceci nous renvoie au faux-problème n°2.

Prenons parmi les deux meilleurs joueurs du tournoi 2014, un avant, Chouly et un arrière, Dulin.

Aucun des deux ne serait titulaire en Irlande (Haeslip, Kearney), au Pays de Galles (Faketau et Halpenny), je ne parle même pas des Beefs, Chouly jouerait peut être en Ecosse et Dulin en Italie, mais pour le reste Parisse est supérieur à Chouly tandis que Hogg l'est à Dulin.

Pire, si tu avais deux équipes à composer de galactiques en prenant les meilleurs joueurs du monde, à part un Fofana en pleine bourre (et encore) pas un seul français n'y figurerait.

Une fois de plus, le problème n'est pas tant que les joueurs français soirnt moyennasses, on fait avec ce que l'on a, mais de faire croire qu'ils sont bons.

Dernier exemple en date contre l'Australie, tous les arguments du monde ne peuvent expliquer les défaillances techniques aussi bien individuelles que collectives que l'extrême lenteur du jeu français.

Ceux qui ont le plus contribué à accélérer le jeu français durant le dernier Tournoi, ce sont les arbitres avec leur  cinglant "use it" à destination du 9 tricolore.

Au final on en revient au système, chercher à nous faire croire que les joueurs français sont bons sert à masquer ses faillites : la formation n'est pas bonne, les joueurs ne bossent pas assez.

Comme dans ce beau pays on est en général trop cons pour se réformer, on avance par révolution.

Le rugby bleu, blanc et rouge étant le royaume du conservatisme tandis que je ne vois point de sans-culottes de la gonfle, les institutionnels de  l'Ovale n'ont pas fini de prendre l'amateur à qui il sied de lire ses lignes pour la dernière des crêpes au jambon.

Comme on finit par se lasser de temps d'évidence, on se dérangera pour reprendra la plume pour la Coupe du monde 2015, sous réserve évidemment d'une révolution d'ici là.

On a toujours tort d'avoir raison trop tôt.

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu