Avertir le modérateur

mercredi, 18 février 2015

Nul ne peut se prévaloir de ses propres turpitudes : l'équipe de France toujours et encore en Pro D 2 mondiale

Le Goret jamais avare en conneries et bouffonneries vient d'en sortir une belle : "L'Irlande vient d'enchaîner huit succès d'affilée et est la troisième nation mondiale mais on y va pour faire un match de rugby et on croit en nous".

On ne va pas chipoter sur la glose du Goret :

1°les irlandais sont 4ème ;

2°évidemment que l'équipe de France de rugby y va pour faire un match de rugby, toute autre activité impliquerait qu'elle n'est pas une équipe de rugby, mais au hasard... une équipe de peintre (on y va pour repeindre les vestiaires de l'Aviva Stadium : cocorico une entreprise française obtient le marché de la rénovation du Stade...) ;

3° vous êtes bien les seuls à croire en vous, nous ce qu'on veut c'est pas de la croyance ou de la foi, ce qu'on veut c'est de la science et du tangible, comme une série de victoires, un grand chelem etc.

Le problème évidemment n'est pas là, il est que dans le Tournoi des 6 nations, hormis l’Écosse et l'Italie (14ème) l'équipe de France ne rencontre que des équipes mieux classées qu'elle !

La faute à qui ? Aux autres ?

A l'Irlande ? Je rappelle pour mémoire que pendant des décennies rencontrer l’Irlande était l’assurance d'une victoire face à une équipe explosant à l'heure de jeu après s'être vaillamment battue ? T'étais sûr qu'au pub après le match le rouquin allait te payer une mousse.

Aux gallois qui ont traversé les années 80 et 90 comme des fantômes hantés par la gloire des diables rouges des seventies ? Les galloises déjà pas farouches, nous regardaient alors comme des demis-dieux, nous qui portions alors fièrement le bleu, le blanc et le rouge (après elles n'y voyaient que du bleu, puis du blanc, puis du rouge, alternativement jusqu'à ce qu'il n'y ait que du blanc...mais c'est une toute autre histoire).

Aux anglais, inexistants jusqu'à leur renaissance au début des années 90 ? Nombreux sont ceux qui ont attendu d'avoir toute une vie de gonfle derrière eux avant d'entendre résonner humiliant "Swing low, sweet chariot" dans le Parc des Princes. Le seul hymne britannique alors admis était le God save the Queen où il était vaguement question des bourses de nos aieux qui n'étaient pas à leur place mais au-dessus de leur tête ce qui avait le don de désespérer leurs épouses.

Chacune de ces nations de rugby a connu des hauts et des bas et a su à chaque fois se remettre en cause pour progresser au point d'être devant l'équipe de France (circonstance aggravante quand on compare les effectifs du rugby de France avec ceux de l'Irlande où du pays de Galles).

Non seulement l'équipe de France dégringole quand les autres progressent (au classement IRB la France dépassait d'un cheveu les Boks à la troisième place en octobre 2011 après le malentendu d'une place en finale face aux Blacks) mais ceux qui en sont responsables ne trouvent rien à redire en présence d'un tel désastre.

Il est vrai que se voiler la face est la seule chose qui reste à ceux dont l'unique et exclusive ambition est de conserver leur situation toute confite de médiocrité.

Dire que les autres sont devant et nous derrière quand on est précisément responsable de cette place  revient à justifier une position de cancre de l'Ovale au prétexte qu'on n'écoute pas en classe et qu'en plus on en fait pas ses devoirs. Or, nul ne peut se prévaloir de ses propres turpitudes, en Ovale moins qu'ailleurs !

 

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu