Avertir le modérateur

mardi, 31 mars 2015

Tournoi 2015 : la France championne d'Europe de Pro D 2

Puisque c'est à la fin de la foire aux bestiaux  l'on compte les bouses, comptons :

1) L'équipe de France a remporté le tournoi de la deuxième division devant l'Italie et l’Écosse

 2) Libérés de toute pression (quelle horreur, jouer à sec !) les joueurs se sont lâchés face aux Beefs au point qu'à la fin du match ils paraissaient, comme Saint-André, contents :

a) contents d'encaisser 7 essais ?

b) contents de prendre plus de 50 points ?

c) contents de finir 4 ème sur 6 ?

d) contents de gagner 2 matchs sur 5 ?

3) Les joueurs ont découvert que lorsqu'ils décidaient d’envoyer du jeu... ils jouaient, (mais que leurs adversaires en sens inverse ne s’arrêtaient pas pour autant de jouer)

4) L'équipe de France est hémiplégique, soit elle défend (le plus souvent) soit elle attaque, mais elle est infoutue de combiner les deux, en mode défense ou en mode attaque, on attend avec impatience qu'ils trouvent le mode dual position.

5) Comme souvent en équipe de France, les absents n'ont pas souvent torts, ce qui témoigne de la faiblesse de ceux qui sont sur le pré, incapables qu'ils sont de s'imposer au plus haut niveau.

a) Devant en troisième ligne, la où la concurrence est censément être la plus forte, Picamoles ou même Harinordoquy peuvent rester confiants.

b) Derrière, Parra, Dumoulin, voire Trinh-Duc ou Clerc, ou encore l'immamerscible La Miche peuvent être dans le groupe.

6) L'épisode Lopez a démontré à ceux qui en douter encore que les clubs sont la priorité du rugby national, pas l'équipe de France, il est vrai que la FFR est obsédée par ses projets immobiliers

7) L'enflammage ridicule continue : hier (tournée de novembre) pour Thomas, aujourd’hui pour Nakaitaci, la quête de l'ailier marqueur d'essai soi-disant providentiel ne fait que jeter une lumière blafarde sur un collectif réduit à mettre son destin entre les mains d'un joueur sauver de la patrie, alors que le plus souvent il fait trois petits tours et puis s'en va...

8) Les émerveillements d’aujourd’hui sont les déceptions de demain quand les révélations d'après-demain sont les bannis d'hier (Parra, Trinh-Duc). Avant-hier avec Machenaud et La Miche on avait trouvé la charnière idéale, hier Dulin était ce génial relanceur que tout l'Ovale hexagonal attendait. Demain à qui le tour ? L'impact player dont la généreuse Belgique nous a fait le don (Debaty), la plus belle paire de tout le pays (Mermoz-Fickou) ? Une chose est sûre : le pire est devant nous.

9) Le flou général persiste quant au jeu et aux joueurs, la plupart de ceux qui ont commencé ce Tournoi ne l'ont pas fini quand ceux qui l'ont fini ne commenceront pas la Coupe du monde.

10) Pour l'effet Blanco on repassera, les Bleuxv sont 4ème, comme en 2014, mais avec une défaite en plus en 2015, comme quoi un président d'un club descendu en pro D 2 est parfaitement à sa place pour maintenir en division 2 européenne notre belle équipe de La France !

Fermons au plus vite les yeux sur ce Tournoi 2015, ça nous empêchera de pleurer.

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu