Avertir le modérateur

jeudi, 24 septembre 2015

Vivement le Tournoi des VII Nations : jeu de mains, jeu de roumains

Un Tournoi des VII Nations avec la Roumanie permettrait à la France de pouvoir espérer battre trois équipes, ce qui ne lui arrive pas souvent (sous Saint-André une fois en 2014).

Les Bleuxv ne sont jamais bons face à plus faibles qu'eux, ce France-Roumanie 2015 n'a pas échappé à la règle. Il n'a toutefois pas était inutile, il a montré qu'au rayon des joueurs au talent boursouflé Dulin est tout en haut. Si bien que même s'il n'est pas très bon Scott (ahaha), il peut dormir sur ses deux oreilles, d'autant plus qu'il se réveille, lui. Pour le reste, fébrilité, maladresse, impatience, jeu au pied à contre-temps, bref on était en terres connues.

Si les Bleuxv piétinent devant de petites équipes, ils ont du mal aussi contre les grandes, on comprend dans ses conditions, que l'avenir n'a pas le rose de la fesse d'un pilier beef mafflu. Car s'il y a de grandes équipes, par définition  il en existe de petites.

La novlangue étouffante du temps contamine l'Ovale au point que tout commentateur, observateur, se croit obligé de préciser avant ou après l'usage de l'expression qu'il n'entend surtout pas manquer de respect à l'équipe visée. C'est un peu comme si tu disais  :  "Ma petite Mimie, je ne voudrai pas te manquer de respect, mais t'es pas bien grande quand même...".

La meilleure manière de témoigner son respect à l’égard d'une petite équipe est de jouer comme face à une grande pour au final lui passer entre 50 et 100 pions, les irlandais contre le Canada et les Blacks en général savent très bien faire cela, au lieu de quoi nos gentils Bleuxv nous font de la bouillie de rugby. Tous, plutôt que de n'avoir que ce respect feint à la bouche pour un adversaire qu'ils savent pertinemment inférieur, feraient mieux de se préoccuper du respect d'un jeu capable de vous extraire de la masse du commun pour faire de vous l'égal d'un dieu (In BOD we trust). Quand la pleurnicherie le dispute à l’hypocrisie, on est au-delà de la tartuferie en pleine triste bouffonnerie.

Petite équipe signifie simplement qu'elle ne gagne pas souvent et jamais contre les grandes, que son bilan est comparable à celui de Bernard Tapie à la tête de Terraillon, il ne pèse pas lourd.

Pour avoir ignoré cette vérité plus réconfortante qu'un vin chaud en haut des pistes, pour avoir violé  ce doux ordre des choses, le Japon a beaucoup fait de mal au rugby. Jusqu'à ce que la mémoire s'éteigne tout un chacun avant un match contre une petite-moyenne équipe ou une moyenne-petite équipe voudra étaler sa science de la gonfle en rappelant le précédent nippon mais mauvais.

L'échelle du siècle est minimale, on se souvient en 2015 qu'en 1924 aux JO de Paris une mémorable partie de mandoline émailla un France/États-Unis au point de rayer l'Ovale des cinq anneaux jusqu'en...2016.

Aussi doit-on beaucoup aux joueurs des Highlands (en français du haut des causses) pour avoir remis les japonais à leur place. A la manière de ces pauvres qui s'invitent parfois à la table des riches et qu'il convient de chasser à coup de pied dans le cul pour éviter qu'ils ne prennent  de mauvais habitudes, les Bleus des causses ont fait le boulot. Merci à eux !

 

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu