Avertir le modérateur

mardi, 29 septembre 2015

De l'Ovale et de l'approximation langagière...

Le rebond imprévisible du cuir est comme un principe d’incertitude inhérent à ce beau jeu de rugby, il en constitue même l'un des principaux attraits ; pas au point toutefois de recevoir un usage métonymique tant les hiérarchies, en dépit de ces maudits Japs, sont aussi solidement établies que les héritiers dans notre société.

Cette imprévisibilité ontologiquement bondissante ne justifie en rien l'imprécision langagière, aussi urticante aux oreilles que les reliquats de Dolpic à l'heure du dernier pipi...

Au palmarès de ces hors jeu langagiers figurent ces " du côté de ",  d'autant plus  insupportables lorsqu'ils sont associés à un stade dont la localisation est on ne peut plus précise. Ainsi s'en va-t-on retrouver machin ou bidule "du côté du Millenium Stadium" tandis que le match tant attendu se déroule" du côté de Cardiff" et tutti quanti. Ce n'est pas tant la faute qui agace que sa répétition incongrue et déplacée. Rappelons quand même que du côté de... signifie qu'il existe une indétermination spatiale, aussi son usage pour signifier un endroit connu de tous est-il plus qu'abusif. Mettons donc "du côté de" de côté sauf à vouloir signifier une réminiscence proustienne nous menant vers chez Swann (ce qui reste rare quand on cause gonfle)...

Pareillement les prochains Irlande-France ou Angleterre-Australie sont présentés comme "de véritables huitièmes de finale". Tout ce qui est "de finale"  implique, un peu à la manière d'Highlander, qu'à la fin il ne doit en rester qu'un. Or, rien de tout cela ici puisqu'à la fin d'Irlande-France il en restera deux, les deux équipes étant qualifiées à l'issue de ce """"huitième"""" pour les quarts de finale. Un cas de figure identique est tout à fait possible dans la poule dite "de la mort", rien ne garantissant aux gallois d'en sortir vivants...

Enfin quel est donc ce tic verbal qui fait désormais florès : "ça tape fort" (ou sa version rétrospective : "ça a tapé fort"). On commencera par observer que présenter le rugby comme un sport où  " ça tape" n'est pas de nature à rassurer les mamans à l"heure de choisir une activité susceptible de forger dans l'airain les jeunes âmes, on poursuivra  pour déplorer la réduction d'une partie d'ovale à "ça a tapé" , enfin on relèvera que la richesse de notre langue est telle qu'on peut sans mal s'épargner une expression aussi fruste qu'un deuxième ligne du Haut Languedoc. Sans compter que le langage laisse toujours place à l'invention ; remplacer ces intempestifs "ça tape fort" par un "ça bastareaude' aurait quand même plus d'élégance...

Commentaires

Le probleme du "ca tape fort" est que c'est devenu une habitude technique de partir tout droit dans le joueur d'en face.
Pourtant, des qu'un joueur prend un intervalle, on voit du jeu. Manque d'intelligence, de vision ou incapacite de changer le "schema"?
Enchainer les petits tas est necessaire et utile pour creer des decallages et des espaces.
"Taper fort" ne sert qu'a garder le ballon, ou plutot essayer.

Écrit par : bernard | mardi, 29 septembre 2015

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu