Avertir le modérateur

dimanche, 20 novembre 2016

Enfin du plaisir !

Enfin, voilà bien longtemps qu'on n'avait pas vu une équipe de France prenant du plaisir à jouer et donnant du plaisir à la regarder.

Tout est loin d'être parfait :

- Spedding est un bourrin à œillères

- on cherche encore une charnière (la comparaison entre la fluidité de Genia, regardant en un éclair à droite et à gauche, et le jeu stéréotypé de Machenaud faisait peine à voir)

- un troisième latte gratteur/plaqueur

et un buteur.

Sans compter que les Bleuxv ont clairement subi les impacts aussi bien en défense qu'en attaque

Le colosse Atonio ayant quant à lui donné une nouvelle preuve qu'il n'était fait que d'argile, auteur d'une figure acrobatique qui nous a renvoyé au temps des Duchesnay et ne nous laissant par conséquent pas de glace.

De plus, l'ascendant pris en mêlée doit être relativisé face à ce qui restait l'équipe A' d'Australie.

Mais le verre est bien à moitié plein : de la vitesse dans l'exécution, de la confiance en soi, du courage, de la solidarité, de l'abnégation, du truc qu'on voit chez les Blacks, (la passe de Vahaamahina dans les 22 sur le premier essai, mais il faut quand même arrêter de crier au génie quand un centre fait une passe sur un pas, c'est comme s'espamter quand ton coiffeur te coupe les cheveux au lieu de t'arracher les dents).

Bref on a vu autre chose que cette équipe qui pataugeait depuis plus de 5 ans dans ce marais de l'Ovale quelque part entre l'Ecosse et l'Italie.

Les Bleuxv ont confirmé ce qu'on avait vu face aux faibles Samoa : l'envie d'avoir envie. 

Au-delà des Blacks qui arrivent, le grave problème que vont devoir affronter les Bleuxv c'est de pratiquer un rugby très largement inspiré par eux et repris par les anglais, sans pouvoir faire preuve d'adaptation et de variation dans le jeu. Et face à l'Australie, ce qui a manqué de manière criante, c'est précisément cette capacité à alterner dont le maitre étalon reste Carter.

Des raisons d’espérer donc, l'appétit vient en mangeant mais pas d'enflammade, les Bleuxv n'ont ni gagné ni mérité de gagner !

vendredi, 18 novembre 2016

En attendant France-Australie : bluff et vintage

France-Australie : Voilà une copieuse entrée avant le plat de résistance parfumé à la fougère, il est à craindre que les Bleuxv aient commencé par le dessert.

Bon la compo était prévisible, avec de grosses inquiétudes aux ailes tant ils sont faibles dans les airs et en défense, bel hommage à la modernité rugbystique que ces ailiers aussi monovalents que le lévrier Estève (Patrick, pas Alain). 

Pour la charnière c'est encore plus clair, deux taurillons plus occupés par le défi physique, la truffe au ras du sol, que par un jeu porté par un regard altier. Doussain n'a jamais été bon en bleu, Machenaud contre les Samoas est celui qui retardait le jeu quand l'office d'un 9 est à l'exact opposé, alors même qu'il était plus gavé de ballons qu'une oie à l'approche de Noël.

Devant, toujours pas de complémentarité en troisième ligne, là aussi les anciens  se souviennent que Fouroux avait inauguré - sans succès - une troisième ligne à trois 8 (et une première ligne à 3 pilars), à nouveau quel gage à la modernité ovale et triomphante des maîtres du XV...

Les occasions de se marrer seront sans doute plus nombreuses dans deux semaines (Nakaitaci rebondira-t-il sur Savea, Spedding remontera-t-il les ballons à reculons, combien de raffuts pour Atonio... ?).

Le XV de France : Spedding - Nakaitaci, Lamerat, Fofana, Vakatawa - (o) Doussain, (m) Machenaud - Gourdon, Picamoles, Ollivon - Maestri, Vahaamahina - Atonio, Guirado (cap), Baille.
Remplaçants : Chat, Chiocci, Slimani, Le Devedec, Chouly, Serin, Lopez, Fickou. 
 
Du côté Australien, ça sent l'embrouille, sans Moore, Foley, Folau et Hooper, après l'accroc écossais s'agit-il d'un coup de bluff, on n'est pas loin de le penser, car avec quelques changements anticipés aux postes clés (2, 10, 15), Cheika peut espérer renverser la vapeur en cas de danger pour son équipe.
 
Quoi qu'il en soit on souhaite une partie aussi serrée qu'un pub au moment de l'happy hour. On attend aussi avec impatience la rentrée de Mumm en seconde ligne pour voir enfin du rugby champagne...
 
Le XV de l'Australie:

Morahan - Naivalu, Kuridrani, Godwin, Speight - (o) Cooper, (m) Genia - Pocock, McMahon, Fardy - Simmons, Douglas - Alaalatoa, Latu, Slipper

Remplaçants : Stephen Moore, Scott Sio, Tom Robertson, Will Skelton, Dean Mumm, Lopeti Timani, Nick Phipps, Bernard Foley, Taqele Naiyaravoro

lundi, 14 novembre 2016

Après France-Samoa : vivement France-Australie

De ce match entre la France et les Samoa on retiendra deux choses :

-une nouvelle preuve de l'incurie de la fédé ayant réussi à faire de l'accès au stade une bien belle épreuve, ça veut un stade à 80 000 places et s'est pas foutu de permettre à 30 000 spectateurs d'accéder dans de bonnes conditions au match ;

-une nouvelle preuve de l'incurie de la fédé ayant réussi à faire de l'accès à la pompe à bière une bien belle épreuve, ça veut un stade à 80 000 places et s'est pas foutu de permettre à quelques buveurs de mousse de s'humecter le gosier avant d'être complètement desséché.

Sur le plan sportif on retiendra l'inquiétude que suscite un pack en papier crépon, un colosse qui prend un raffut de benjamin, Maestri qui est au poste de seconde ligne des années 2010 ce que Jean Condom fut aux années 80, c'est-à-dire une figure ectoplasmique. Une troisième ligne aussi complémentaire qu'un boite de douze de clés de 13, si naturellement on préfère la polyvalence à la monovalence, on y chercherait en vain un coureur/gratteur.

Derrière, Fofana a encore brillé, son association avec Lamerat est prometteuse. On sera moins dithyrambique pour Vakatawa dans la mesure où sa capacité à bien défendre reste douteuse, mais derrière un Trinh Duc bien sobre on a senti des trois-quarts avec l'envie d'avoir envie, et rien que pour ça on attend avec impatience le France-Australie qui arrive à grand pas.

vendredi, 11 novembre 2016

Bleuxv-Samoa : la compo dont tout le monde se fout

Même si à peu près tout le monde s'en fout, ou pas loin, la compo :

Nous :

Spedding ; Huget, Lamerat, Fofana, Vakatawa ; (o) Trinh-Duc, (m) Machenaud ; Gourdon, Picamoles, Goujon ; Maestri, Le Devedec ; Atonio, Guirado (cap), Poirot.

Remplaçants : Chat, Baille, Slimani, Vahaamahina, Ollivon, Serin, Doussain, Fickou.

Eux : 

P. Williams ; Perez, G. Pisi, Lee-Lo, Lemi (cap) (o) Fa'apale, (m) Fotuali'i ; J. Lam, Mamea-Lemalu, Fa'oosiliva ; Te. Paulo, Vui ; Johnston, Leaiataua, Taulafo.

Remplaçants : Elia, Mulipola, Perenise, Lepa, Foe, Cowley, Leuila, K. Pisi

Il est vrai que face à un pays comptant à peu près le même nombre d'habitants que l'aire urbaine de La Rochelle (200 000 habitants) on verra seulement si l'équipe de France va mal ou vraiment mal...
 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu