Avertir le modérateur

dimanche, 26 février 2017

Grandeur et décadence du rugby de France (Tournois 2010-2017)

Loin de la mousse de l'à peu-près des commentaires de l'Ovale enchâssés dans l'étouffante analyse du match après match, où les défaites encourageantes, cédent devant des victoires inquiétantes, le tout alternant avec les "battus par plus forts que soi", il n'est que temps comme le dit le berger landais échassé de prendre de la hauteur pour mesurer la profondeur de l'abime dans laquelle notre gonfle tricolore est tombée.

Plutôt que de savoir si machin est capable de faire une passe des deux côtés, si truc a fait 12 ou 21 placages, si bidule a tenu en mêlée, fait une passe après contact ou parcouru 12 bornes à 8 km/h, c'est armé d'une spatule à bière qu'il faut chasser cette mousse qui vient t'humecter la moustache pour mieux te distraire de l'essentiel : notre rugby n'a jamais été aussi mal.

La chronique a ceci de commun avec l'Ovale qu'il faut en respecter les fondamentaux, ici commencer par le commencement.

Il était une fois (on va la faire courte quand même à la manière d'une passe de Nakaitaci) un rugby de France grandissait péniblement à l'ombre des grands arbres de la forêt celto-britonne au point de parvenir seulement en 1954  par décrocher la timbale d'une victoire (partagée) dans le Tournoi. Autant cette première fut longue à venir, autant ses répliques ne tardèrent pas (1955, 1959, 1960, 1961...), au point que 5 ans plus tard, elle remporte seule le Tournoi. Quant à son premier Chlem, alphabet de l'école de rugby (école de la vie), chacun sait qu'il il remonte à 1968.

Depuis 1954, il ne s'est jamais passé plus de trois ans sans que la France ne remporte le Tournoi, qu'elle réussisse ou non le Grand Chlem. De ce moment là, la France compte parmi les nations majeures du rugby... jusqu'à ce qu'elle quitte le disputé cénacle.

Depuis 2010 ses résultats n'ont jamais été aussi mauvais, non seulement parce que c'est la période de disette la plus longue depuis 1954 (7 ans sans victoire) mais surtout parce qu'elle obtient  dans le même temps le pire classement depuis la seconde Guerre Mondiale (2ème en 2011, 4ème en 2012, dernière en 2013 pour la première fois dans les 6 Nations, 4ème en 2014 et en 2015, 5ème en 2016). 5ème aujourd'hui elle ne fera sans doute pas mieux que 4ème en 2017.

Trois entraineurs différents, trois manières d'aborder le jeu, des dizaines et des dizaines de joueurs pour un seul constat : l'équipe de France n'est plus une grande nation (européenne et a fortiori mondiale) du rugby.

Au final, condamnée à l'exploit pour gagner face aux trois grandes nations du Sud, battue régulièrement par l'Angleterre, l'Irlande et le Pays de Galles, l'équipe de France se situe juste au-dessus de l’Écosse dont les progrès risquent prochainement de nous plonger dans la poubelles du Tournoi des 6 Nations, quelque part entre le couvercle et l'Italie.

Quand ça commence par "Il était une fois...", ça finit souvent par une ribambelle de mioches aussi blonds et bouclés que Bastareaud, courant comme dans une pub Royal canin dans de printanières prairies, ici on se retrouve avec des gosses limites attardés, emmitouflés dans de lourdes tenues de protection en vue d'un long hiver ovale.

Comment en est-on arrivé là ?

C'est une autre histoire...

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu