Avertir le modérateur

vendredi, 23 février 2018

Avant France-Italie, ére Brunel, an 1, acte 3 : ne jamais rien en attendr

L'ère Brunel sera-t-elle une ère glaciaire ?

Il est trop tôt pour l'affirmer, mais à coup sûr ce sera une ère de transition.

Une fois 2019 passé avec pour ambition de sortir d'une phase de poule  opposant les Bleuxv à Angleterre et l'Argentine. N'oublions jamais que l'Ovale est un sport où les hiérarchies ont la vie dure, finir dans les 8 quand on est classé 9 ou 10 ème nation mondiale relèvera donc de l'exploit. Voilà où on est mais n’anticipons.

Vendredi soir c'est l'Italie à Marseille, donc deux grosses infos : 1 le mach est vendredi soir, donc on va avoir un beau week-end de rugby pendant le tournoi, 2 le match est au Vélodrome.

Après ?

Pas grand chose... : 

- un épisode écossais qu'il ne faut pas juger trop durement,

- des allers et retours chez les Bleuxv (formule préférée à va-et-vient en raison d'une connotation moins scabreuse, j'aimerai bien regarder peinard le match et éviter que le Raid déboule dans mon salon, en plus j'ai passé l'aspirateur ce matin),

- le rerereretour d'Inglorious Bastareaud,

- une charnière maintenue faute de mieux,

- des types qui n'ont pas clairement le niveau mais qui peuvent briller face à l'Italie (Taulègne, Gabrillagues, Fall, Bonneval, Pélissié, Galletier, Couilloud, Fickou),

- et pour finir Trinh Duc en Bleu sur le banc.

Pour le reste, la faiblesse préoccupante de l'Italie, sa fougue à battre son voisin latin et son incapacité à jouer au-delà de 60 minutes font qu'il faudra surtout prendre garde de ne tirer aucun enseignement de ce match.

Au final, un match pour rien ou pour du beurre, en espérant que les joueurs en face un meilleur usage lors de la troisième mi-temps...

Le XV de départ : H. Bonneval ; Fall, Bastareaud, Doumayrou, Grosso ; (o) Beauxis, (m) Machenaud ; Y. Camara, Tauleigne, Lauret ; Vahaamahina, Gabrillagues - Slimani, Guirado (cap.), Poirot.

Remp. : Pélissié, Priso, Gomes Sa, R. Taofifenua, Galletier, Couilloud, Trinh-Duc, Fickou.

lundi, 12 février 2018

Après Ecosse-France ère Brunel, an 1, acte 2 : le blues des Bleuxv

La chronique du XV de France s'apparente de plus en plus à un paresseux copier/coller. Il suffit juste de changer le noms des adversaires, celui des dates et celui du score (le résultat, en est connu d'avance : la défaite), de reprendre des analyses vieilles de Laporte (saison 2), Lièvremont et consorts, pour s’approprier une expertise aussi précise que le coup de pied de Laidlaw.

Ceux qui osaient l'évidence d'un changement de staff ne changeant rien à l'affaire sont confortés, tous peuvent s'accorder sur un point : le mal est profond.

Profond au point qu'on reproduit l'éternelle erreur de s'enflammer pour un joueur ayant fait 2 ou 3 tchik-tchak en une dizaine de match de Top 14 (aujourd'hui Jalibert, hier Dupont, avant-hier, Plisson etc.).

Profond au point que des joueurs éloignés du niveau international peuplent les diverses équipes (aujourd'hui Ithurria, Taulègne, Palis, hier Dulin, Dumoulin, Tallès...).

Profond au point que des joueurs pourtant prometteurs stagnent (aujourd'hui Slimani, Gourdon, Lamerat, Vakatawa, hier Domingo, Flanquart, Fickou, Mermoz...), quand ils ne disparaissent pas tout simplement des écrans.

Profond au point que l'espoir renait après une courte victoire (en 2016 l'Irlande) ou après une courte défaite (encore l'Irlande en 2018) ou chaque fois jamais pour très longtemps) où les Bleuxv mettent du coeur à l'ouvrage (en gros contre les anglais et à chaque changement d'entraineur).

Profond parce que Tournoi, le bilan sportif est quasiment le même : devant l'Italie et (de moins en moins) l'Ecosse, et les bonnes années une victoire contre une des trois nations (Angleterre, Irlande, Pays de Galles), bref les Bleuxv à force d'être dans le dur se retrouvent dans le ventre mou des 6 nations.

Profond parce qu' il faut se faire à cette idée jusqu'à plus soif : 10 ans pour descendre : 10 ans pour remonter.

Aussi plutôt que de ressasser les maux bleuxv regardons nos voisins (italien mis à part) : pour cette conclusion sans appel, le XV de France n'est pas une équipe de rugby !

D'abord, ce qui frappe toutes équipes confondues avec des degrés variables (très élevé chez les Beefs et les irlandais, moins chez les gallois, mais plus que les Pictes)  c'est la stabilité  des compositions. Le constat est naturel, le nombre de joueurs ayant le niveau international est par définition limité, il n'y a qu'en France où on trouve normal de passer en revue 80 types. La stabilité favorise l'émergence de leader, améliore le collectif, le vécu commun, l'identité collective etc.

Lorsque notre meilleur ennemi se fait sortir de sa Coupe du monde at home en 2015, notre joli rugby Ovale se gausse en oubliant que la France ne serait pas non plus sortie de cette poule (Australie, Pays de Galles), mais l'essentiel n'est pas là, il est dans la grande stabilité et confiance accordée à cette équipe hier vilipendée, aujourd'hui célébrée et formée à peu de choses près des mêmes joueurs, avec le même capitaine, le même style de jeu (rappelons qu'en 2007 après la défaite du match d'ouverture Laporte avait coupé les têtes avec le résultat que l'on sait...). Cette même équipe qui domine le rugby européen est celle au fond du seau il y a 2 ans et demi. Pour faire court et simple, nos adversaires ont des certitudes quand nous sommes habités par doute.

Ensuite, ce qui frappe chez nos adversaires c'est précisément cette confiance qui s'acquiert sur le temps long. Pour s'en tenir à ce Tournoi, vite menée contre les beefs les gallois sont restés unis, pour peu à peu revenir et être près de la victoire avec un peu plus de réussite et moins de maladresse. Menés les écossais ont continué à jouer, sans douter pour finir par logiquement gagner dimanche dernier, menés à la dernière minute, les irlandais ont construit cette extraordinaire séquence amenant au drop de Sexton. Nous ? On s'extasie devant trois essais en deux matchs reposant sur un mélange de chance et d'exploit personnel, mais en tout état de cause, rien de construit. Chaque fois, les mêmes ressorts, nos adversaires réagissent en équipe, collectivement ne cédant pas devant la précipitation.

Enfin, ce qui frappe chez nos adversaires c'est la large palette de jeu qu'ils possèdent (avec des degrés variables là aussi) quand la France ne sait que défendre, les autres défendent au moins aussi bien (tout en faisant moins de fautes), attaquent bien mieux, disposent de buteur quasiment infaillibles, et nous dominent même sur notre traditionnel point fort la mêlée (face à l'Irlande et l'Ecosse). Bref, nous ne leur sommes en rien supérieurs, ni même égaux, et il y a quelques dangers (révélant la grande pauvreté dans laquelle la France ovale est tombée) à célébrer le nombre élevé de placage quand il ne signifie jamais que l'absence de possession.

Cette situation tranchée entre eux et nous à une origine simplissime : eux ont fait le choix du rugby national avec (excepté les Beefs) des effectifs de licenciés limités quand en France on a fait celui des clubs avec un gros réservoir de licenciés. Le problème aujourd'hui est le suivant, il est tout aussi clair que c'est la vitrine du XV de France qui nourrit le réservoir des clubs, pas un Top 14 survitaminés pas des joueurs étrangers.

Quoi qu'il en soit, tout en bas de la Pro D 2 européenne, l'amateur de gonfle bleu, blanc, rouge doit se satisfaire de peu et pour longtemps...

15:35 Publié dans Sport | Lien permanent | Commentaires (0)

jeudi, 01 février 2018

En attendant France-Irlande : ère Brunel an 1, acte 1

A la différence des ères géologiques, celle de la fédé durent invariablement 4 ans ou 2x4 ans. Novès inaugure une ère nouvelle, une sorte de demi-erre au terme de laquelle il erre. La Pleureuse, la fédé lui volait ses joueurs, les autres clubs trichaient, l'arbitre était mal intentionné, etc. a élargi la gamme de son chagrin : c'est un petit salarié mis du jour au lendemain à la porte par Laporte (hahaha) son méchant patron. Il est vrai que si c'est au mur que l'on juge le maçon, celui de Novès a bien piètre allure, lui, le plus couronné des entraineurs/manageurs, a fait pire que Lièvremont, dont la seule expérience tenait dans un club de Pro D2, Saint-André dévalant encore un peu plus la pente, sa voix sanglotante annonçait sans doute l'épisode chouinard de Novès, lequel on le savait déjà ne manque pas d'air après avoir manqué son ère.

Le plus beau est que le coupeur d'ère de la Fédé, maniant moins la faucille que le marteau, est le fossoyeur du rugby bleu, blanc, rouge, or, il prétend aujourd'hui en être le sauveur. S'il fallait à tout prix trouver un point de départ au lent, autant qu’inexorable déclin, on pourrait hésiter entre une demi-finale de coupe du monde perdue en 2003 pour cause de pluie et la lecture de la lettre de Guy Môquet. Quel que soit le choix, Laporte est toujours à la manoeuvre. Il l'est à nouveau en 2018, soit près de 20 ans après sa première prise de fonction comme entraineur des Bleuxv, par Brunel interposé.

L'homme ne manque pas de qualité, sa moustache, sa voix de fumeur et sa science du jeu ont tout pour plaire. Il semblerait qu'au management vertical et descendant de Novès il préfère un mouvement ascendant émaillé d'une certaine horizontalité. Le staff des 3 B (Brunel, Bonnaire, Bruno) a quelques cartes en mains, la présence d'Ellisalde n'a rien de rassurant, il faut dire que tous savent qu'il est au moins le 38ème choix.

Avant d'aiguiser les lames attendons donc, mais la gonfle hexagonale ayant mis plus de 10 ans à descendre, il lui en faudra au moins autant pour remonter en haut de la première division mondiale.

Du côté des joueurs, on attendait pas mal du retour de Parra tant cette équipe manque de leader. Le 5 de devant est homogène, la troisième ligne est peu complémentaire et manque de puissance, mais Lauret a le mérite de nous rappeler Dusautoir tant son art balle en main est en voie de l'égaler (en-avant, passes dégueulasses, etc.), la charnière est inédite, comme toujours depuis plus de 15 ans, la paire de centre est pas très d'attaque et plutôt défense, du coup ça compense avec une paire d'ailiers pas très défense mais plutôt d'attaque et enfin à l'arrière un tarnais.

Sans se risquer à un pronostic, sachant que les années paires sont les moins pires, la nouveauté  et l'envie retrouvée d'une équipe pratiquant un jeu brunelien, c'est-à-dire pragmatique avec les moyens (limités) du bord, les Bleuxv peuvent faire bonne figure dans ce Tournoi, à commencer par une courte victoire face à l'Irlande. L'impact d'une défaite en ouverture à domicile et dans ce contexte est si grave pour l'avenir des Bleuxv qu'on peine à imaginer une autre issue que la victoire.

La compo  : 15. Palis ; 14. Thomas, 12. Chavancy, 13. Lamerat, 11. Vakatawa ; 10. Jalibert, 9. Machenaud ; 7. Camara, 8. Gourdon, 6. Lauret ; 5.Vahaamahina , 4.Iturria ; 3. Slimani, 2. Guirado (cap), 1. Poirot.

Les remplaçants : 16. Pelissié, 17. Priso, 18. Gomez SA, 19. Gabrillagues, 20. Tauleigne, 21. Dupont, 22. Belleau, 23. Fal

 

13:45 Publié dans Sport | Lien permanent | Commentaires (0)

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu