Avertir le modérateur

dimanche, 10 janvier 2010

Invictus : apologie de la triche ?

Difficile d'échapper à la frénétique et envahissante campagne de promotion du dernier film de Clint Eastwood : Invictus.

Le film a tout pour séduire, un grand réalisateur, un personnage quasi-légendaire au centre du sujet, passé de l'ombre à la lumière, Nelson Mandela, et en toile de fond, servant le propos d'une Nation unifiée grace à un sport : le rugby.

Même si dans les prochains mois il sera davantage question de foot et d'Afrique du Sud, l'amateur de gonfle est confusément flatté de voir son sport sur le devant de la scène.

Le sujet du film ressemble à une succes story à l'américaine avec tout ce qu'il faut de manichéisme, un chef d'Etat noir, s'appuie sur une équipe d'un sport de blancs, pour assurer la réconciliation nationale, avec, happy end oblige, la gentille équipe de blancs qui gagne à la fin.

On va dire que je caricature, comme d'hab, il est vrai que je n'ai pas vu le film, qui sort le 13 janvier, mais c'est quand même l'argument principal de la promo et même de la LNR.

Si tout le monde peut se réjouir qu'un sport, en l'occurence le rugby, serve de ciment à une société post-apartheid en construction, il faut tout de même veiller à ne pas en faire trop sur les vertus morales d'une équipe incarnant un pays et soutenu par son leader charismatique.

Le monde du rugby sait que les Boks ont usurpé leur titre en 1995 et n'ont reculé devant rien pour le remporter.

Les Bleus se font voler leur demi avec deux essais refusés parfaitement valables et un essai bok imaginaire, on dit merci qui ? Merci Derek Bevan, lui même remercié d'une belle montre en or. Il a pas attendu 50 ans... La défaite des Bleus était d'autant plus rageante qu'il paraissait armé pour aller au bout, avec une équipe ayant, exploit jamais égalé, battu les Blacks chez eux deux fois, c'était en 1994, evec l'essai du bout monde à la clé !

Quant à la finale contre les Blacks, la plupart des joueurs ont subi une intoxication alimentaire, sciemment organisée. C'est donc une équipe affaiblie qui a rencontré des Boks galvanisés, soutenus par un peuple en construction (les travaux continuent...).

Les Boks sont devenus champions du monde du rugby en bafouant la plupart de ses valeurs, sans compter la pauvreté du jeu Bok exerçant une influence mortifère sur notre sport. Tout cela au moment même où les instance de ce sport avaient décidé qu'il devienne professionnel. On a connu meilleurs auspices.

Si la morale politique peut se satisfaire de cette victoire tronquée, la fin l'emportant sur les moyens, la morale sportive ne peut que la réprouver. Pieenar et les siens accédent au rang d'héros modernes quand la main d'Henri lui assure une double destination, celle des cachots de l'histoire sportive et celle de l'Afrique  du Sud.

14:37 Publié dans Film | Lien permanent | Commentaires (30)

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu