Avertir le modérateur

dimanche, 23 novembre 2014

Mal chronique : mais où sont les Cabannes d'antan ?

Inconstance, intempérance, nervosité, apathie (allonzenfants), bref au sortir de cette tournée de novembre rien de probant sur le plan collectif.

Les Bleuxv peuvent :

-s'imposer contre des équipes notoirement plus faibles et ne maitrisant pas toutes les facettes de la gonfle (Fidji) ;

- faire des coups contre des adversaires d'un calibre supérieur mais en pannes de cannes (Australie) ;

- perdre pour avoir été dominé par des équipes moins outillées mais plus agressives et vaillantes (Argentine).

Bref l'équipe de France, n'est ni convalescente et encore moins guérie, elle n'est pas non plus en phase terminale, elle est chroniquement patraque.

A n'en pas douter, c'est à cette pâle lueur que devra être éclairée le Tournoi 2015 qui se profile...

Sur le plan individuel des confirmations :

Guirado, Menini,

- des à (encore) confirmer :

Chiocci, Vahaahamina, Tillous-Borde, Lopez, Dumoulin, Spedding :

- des cadres ternes :

Kayser, Mas, Papé, Dusatoir

- des intermittents du spectacle :

Fofana, Huget

- des dont on se demande toujours à quoi qu'ils servent ? :

Maestri, Bastareaud,

- des qui échappent à toute appréciation pour de bonnes ou moins bonnes raisons :

Atonio, Kockott, Thales, Médard, Mermoz,

- du feu de paille ou de l'étoile des 10 prochaines années : 

Thomas (rôle dernièrement occupé par Fickou)

- des troisièmes-lignes plus obscurs qu'un attelage en seconde pompe des années 80 :

Dusautoir, Leroux, Chouly

A ce propos, ce qui manque par dessus-tout à cette équipe c'est une relation durable entre le jeu d'avant et celui des trois-quarts. Pour cela il faut un agent de liaison, rôle traditionnellement occupé par un troisième ligne (un Bouilhou, un Bonnaire, un Cabannes du temps où le Goret jouait).

Durant la tournée de novembre ce profil de joueur a cruellement fait défaut,  or il est l'essence même du rugby, sa valeur microcosmique est incommensurable. Cette ignorance coupable est le meilleur argument pour le retour d'Harinordoquy.

La vraie complémentarité sera toulousaine (Dusautoir, Harinordoquy, Picamoles) ou ne sera pas !

A suivre donc...

samedi, 22 novembre 2014

BleuVX de France -Pumas et 1 et 2 et 3 victoires ?

La compo :

Les XV de départ

France: Spedding - Huget, Mermoz, Fofana, Médard - (o) Lopez, (m) Tillous-Borde - Le Roux, Chouly, Dusautoir (cap) - Vahaamahina, Papé - Mas, Kayser, Chiocci

Argentine: Tuculet - Imhoff, Bosch, Hernandez, Montero - (o) Sanchez, (m) Cubelli - Desio, Senatore, Isa - Lavanini, Petti - Tetaz Chaparro, Creevy (cap), Ayerza

Remplaçants

France: Guirado, Menini, Atonio, Flanquart, Maestri, Nyanga, Ollivon, Kockott, Tales, Bastareaud, Fall

Argentine: Cortese, Noguera Paz, Herrera, Ponce, Lezana, Landajo, Iglesias, Amorosino

Le technico-tactique :

Des changements comme il fallait s'y attendre, mais quelque chose qui ressemble à une ossature en construction, en verra bien à l'usage, il n'y a pas si longtemps que ça avec Machenaud et Lamiche on pensait avoir trouvé Ze charnierrrre, on a vu après.

Bon de toute façon on s'en fout un peu vu qu'à partir des quarts Parra joue 10.

Ce qui serait vraiment bien c'est qu'on arrête de parler de SpIIIIding, bon il va vite, mais c'est SpEdding son nom. Je signale aux amateurs de people qu'il fréquente une certaine Conchita Gonzales, qui attend bien une fois mariée conserver son nom de juventud.

samedi, 15 novembre 2014

Crash test ou test de cracks : je winne, tu looses

Les tests, chacun en conviendra servent à tester.

Contre les Fidji, on a senti l'enflammade bien de chez nous, devrait-on s'étonner d'une victoire aisée, devrait-on célébrer une victoire sur un adversaire notoirement plus faible dans un sport où la hiérarchie des valeurs est plus stable que le maître (pardon) le mètre étalon ?

S'attarder ne serait-ce que le temps d'un battement de cil d'une biche sur la victoire face aux Fidji est aussi con que de sortir un poisson rouge du bocal pour le féliciter de respirer sous l'eau et de tenir plus longtemps que Jacques Maillol.

Est-on plus avancé ?

Que nenni mon petit ! Et il est à craindre que l'on ne le soit guère à l'issue de ce match face aux Wallabies.

Le Pays de Galles est supérieur à la France, lequel a été battu la semaine dernière face aux Kangoos.

Si la transitivité en sport est moins coupante qu'une lame tenue par Nabila, c'est pas parce que A a battu B et B battu C que A battra forcément C, il n'empêche que logiquement les Bleux doivent paumer.

Dans ce cas, fort logiquement le Goret va faire tourner pour le dernier match contre les Pumas et que ce match soit gagné ou perdu, on sortira comme on est entré dans les tests, c'est-à-dire dans le brouillard.

Admettons que les Bleux winnent (c'est pas facile de se mettre à l'anglais, mais faut que tous les joueurs puissent comprendre le discours d'avant-match), le Goret fera quand même tourner son effectif vu qu'il ne sera pas davantage certain de quoi que ce soit, le seul truc dont le staff piloté par un dirigeant de pro D2 est certain c'est qu'ils ne sont sûrs de rien, sauf de leur inconstance, incohérence et plein de trucs commençant par in et finissant par ce.

Une équipe remaniée face aux Pumas (ce qui arrivera en tout état de cause) qu'elle gagne ou qu'elle perde, on sera dans le smog again and again.

Du coup tu te dis, mais putain (admettons que tu sois grossier ce qu'à dieu ne plaise), quand est-ce qu'on est sûr de sa force ?

Je te répondrai :

- uno que le sport est précisément fait d'incertitudes et que même les Blacks de temps en temps ils peuvent paumer (en attendant  l'équipe actuelle aura marqué l'histoire de son sport quand les Bleuxv auront au mieux marqué le fond d'un calbutte siglé Blanco ou Eden park, ceci dit en passant quand tu vois à quoi ressemble Blanco en survet, tu comprends mieux pourquoi sa marque fait des costards et pas des survets...) et la beauté du sport en général et du rugby en particulier vaut dans cette incertitude que seuls le travail et la constance permettent de limiter, dès lors que jamais tu ne te reposes sur tes lauriers ou ton thym. En gros si tu parviens à éviter la melonite aigue, mal bien français, tu tepeux commencer à voir le ciel se dégager).

Et surtout je te dis :

- dos, qu'en gagnant les trois tests matchs avec une même ossature et  le Tournoi en suivant, là tu pourras commencer à aller à la Coupe du monde avec quelques certitudes, mais au fond en

- tres, tu n'auras pas grand chose, pas tant parce que la Glorious incertitud os Sport will be there, mais surtout parce que les autres (Beefs, Boks, Blacks et les Kangoos) en ont plus que toi de certitudes.

Bref quelle que soit l'issue de ce Bleuxv-Kangoos, il y a fort à craindre qu'on ne soit pas plus avancé, mais ça il fallait y penser avant...

At last, le dernier gros matchs des Bleuxv contre une équipe du Sutt en test, c'était il y a cinq ans à Toulouse, contre les Boks, ça commence à faire loin !

dimanche, 02 novembre 2014

Coupe du monde - 1 an : le meilleur du pire ou la saison est décidément au mauvais clown

A moins d'un an de la Coupe du monde 2015 qui doit se passer chez nos meilleurs ennemis ( les Beefs), l'équipe en France apparaît dans la plus mauvaise configuration depuis que les porcs ont une vessie (que la FFR prend trop souvent pour une lanterne).

1. On commence par prendre un entonnoir de 70/80 types pour retenir une trentaine de gonze supposés capables de jouer un cran au-dessus de notre Top 14.

Comment les apprécier ? Précisément en les frottant aux autres joueurs de niveau international (c'est à quoi sert en gros le tournoi et les tests) !

2. Ensuite en deuze on renverse l'entonnoiŕ (ce qui fait un joli sablier pour la fête des mères si maman fait des oeufs à la coque ou pour la fête des pères si papa veut s'assurer qu'il n'appartient pas à la douloureuse catégorie des éjaculateurs précoces) en mettant des bouts de nouveaux d'ici ou plutôt pas d'ici et d'autres venues ailleurs. La chose n'est guère étonnante tout est mondialisé et depuis longtemps, ma concierge est portugaise, mon charcutier auvergnat, mon coiffeur pédé (qui utilise des capotes anglaises alors que natif de Condom) et mon traiteur chinois. Du coup la gonfle tricolore ne pouvait pas rester à l'écart de cette tendance d'autant que dans notre beau championnat le pilier est géorgien, le seconde pompe sud-africain, mes trois quarts sont fidjiens ou plus largement îliens du Pacifique (que ça) et pour la bonne mesure ma star est australienne ou toute noire. Là ou la chose surprend c'est qu'elle soit tardive.

3. Or de deux choses l'une,  a) soit on y pense maintenant parce qu'on est pas foutu d'y passer avant, ce qui est quand même très con, b) soit on y pense maintenant parce qu'on se rend compte qu'on pas ça en rayon chez nous (du pilier droit qui tient, du stratège derrière la mêlée etc.). Pourquoi pas (prononcer why not) ?

Maizalors comment expliquer qu'on aille pas te chercher un 10 du bout du monde vu que de toute  évidence le poste est sinistré depuis Lamaison (dans ce temps là yavé Lamaison, Cabanne, Laporte, bref  le bâtiment se portait bien et CHACUN sait que quand il va tout va). Au lieu de quoi,  plus fort qu'un film de zombie (c'est de saison) on va re-rechercher Trinh Duc (qui en plus se pète fort), du coup le 10 devient une denrée aussi rare que la grande ourse dans le ciel austral. Et pendant ce temps, le seul horizon qu'on donne à l'amateur de gonfle c'est de voir la charnière du CO en bleu, blanc et rouge. Confier les clés du camion à Tales qui a déjà du mal avec une voirure sans permis ça laisse songeur...

4. Bref PSA à tout du chien truffier la nifle au vent en plein milieu de l'océan. Déjà que personne n'est d'accord pour prendre tel ou tel joueur de chez nous, vazy-toi prendre des joueurs de chez les autres. Sans  compter que ceux qu'on a en rayon (Classens ou Leroux sont pas bien terribles).

Pour ou contre l'intégration d'estrangers (du coup l'équipe de France devient l'équipe en France), quel que soit le point de vue, la séquence passée est un formidable aveu d'impuissance et dit bien l'incohérence et l'amateurisme profond de notre fédé, de son staff clownesque et de ceux qui les conseillent, mais il y a plus grave... Les autres !

GROUPE FRANCE

ATONIO Uini– Atlantique Stade Rochelais
BASTAREAUD Mathieu– RC Toulon
BERNARD Pierre– Union Bordeaux Bègles G
BRUNI Virgile– RC Toulon
CAMARA Yacouba– Stade toulousain
CHIOCCI Xavier– RC Toulon
CHOULY Damien– ASM Clermont Auvergne
DUMOULIN Alexandre– Racing Métro 92
DUSAUTOIR Thierry– Stade toulousain (cap)
FALL Benjamin– Montpellier HR
FLANQUART Alexandre– Stade Français Rugby
FOFANA Wesley– ASM Clermont Auvergne
GUIRADO Guilhem– RC Toulon
HUGET Yoann– Stade toulousain
KAYSER Benjamin– ASM Clermont Auvergne
KOCKOTT Rory– Castres Olympique
LEROUX Bernard– Racing Métro 92
LOPEZ Camille– ASM Clermont Auvergne
MAESTRI Yoann– Stade toulousain
MAS Nicolas– Montpellier HR
MEDARD Maxime– Stade toulousain
MENINI Alexandre– RC Toulon
MERMOZ Maxime– RC Toulon
OLLIVON Charles– Aviron Bayonnais
PAPE Pascal– Stade Français Rugby
SPEDDING Scott– Aviron Bayonnais
TALES Rémi– Castres Olympique
THOMAS Teddy– Racing Métro 92
TILLOUS BORDE Sébastien– RC Toulon
VAHAAMAHINA Sébastien– RC Toulon

samedi, 22 juin 2013

Les cons on les reconnait à ce que ça ose tout

Il faut vraiment douter de rien pour aller chez les "Tous Noirs" avec l'ambition de faire un truc, qu'on appelle ça hold-up où autre chose, en gros il s'agit de gagner un match.

Quand tu finis dernier du tournoi des 6 nations,

Quand tu perds contre l'Italie,

Quand tu fais péniblement match nul contre l'Irlande,

Quand ta seule victoire est contre l'Ecosse, équipe européenne la plus faible depuis Braveheart,

Quand les types sont déjà cuits en février-mars,

Que Quand avec tout ça que tu vas chez les Blacks, tu te fais oublier.

Dans la divine comédie (c'est pas le nom d'un bar homo) est écrit un truc du genre : "toi qui entres ici abandonne toute espérance".

Hé bé contre les Blacks c'est pareil, il n'aurait plus manqué que nos pipes tricolores battent les maîtres de l'Ovale.

Le XV de France fait penser à ces mauvais élèves (c'est de saison) qui foutent rien de toute l'année et qui croillent que le jour du bac ils vont tout faire péter parce qu'ils ont bossé 3 jours d'affilée et qu'ils pourront même passer devant l'élève appliqué qui depuis toujours travaille avec continuité et aligne les bons résultats.

Puisque personne n'aime l'injustice réjouissons-nous de ces trois défaites.

Gardons nos mouchoirs pour le jour où des Bleus dominateurs et constants perdront sur une avanie ovale contre moins bons qu'eux.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu